La variété des logiciels malveillants complexifie la lutte

logiciels malveillants

Si les hackers ont toujours su avoir un temps d’avance sur les spécialistes de la sécurité informatique, la lutte devient de plus en plus déséquilibrée tant la variété des logiciels malveillants rend difficile leur détection. La lutte contre les malwares impose donc aux professionnels d’anticiper les menaces. Pas si simple…

Les logiciels malveillants de plus en plus nombreux et variés

Il ne faut pas s’y tromper, les logiciels malveillants se sont multipliés au cours des derniers mois. Il faut dire que les hackers savent rivaliser d’imagination pour créer des malwares aux effets dévastateurs.

Dernièrement, ce sont les ransomwares – ces logiciels malveillants cryptant les données de votre PC et acceptant de les déchiffrer uniquement si vous payez une rançon – qui ont fait l’actualité. Wannacry puis NotPetya ont d’ailleurs causé d’importants dégâts et fait perdre plusieurs millions d’euros à des entreprises sur la planète.

Mais ce ne sont là que quelques exemples de logiciels malveillants puisque sur le darknet, le côté obscur d’Internet, beaucoup se trouvent en libre-service ou s’obtiennent moyennant des sommes dérisoires. Certains vendeurs commercialisent même uniquement un système de chiffrage / déchiffrage et un code source, charge à l’acheteur ensuite de personnaliser le tout pour mener les attaques qu’il souhaite conduire.

La quasi-impossibilité de contrer les cybermenaces

Bien que tous les hackers ne soient pas nécessairement à la solde d’un Etat, il semblerait qu’un nombre croissant d’entre eux travaillent pour les intérêts de pays qui ont fait le choix de se doter d’une cyberarmée de talents tels la Russie, l’Ukraine, la Chine ou encore Israël.

Aussi, pour lutter efficacement contre les logiciels malveillants, les professionnels de la sécurité informatique s’accordent pour dire qu’il est nécessaire « de mettre en place des réseaux suffisamment compartimentés pour limiter la propagation des malwares, d’inventer des canaux de communication d’urgence et de prévoir une reconstruction rapide des réseaux dans le cas où ces derniers seraient détruits ».

En effet, l’objectif semble aujourd’hui de limiter l’impact d’un malware car détecter en amont certaines formes de ces virus s’avèrent complexes voire impossibles. Pourtant, les professionnels mettent tout en œuvre pour essayer d’anticiper les menaces mais le travail s’annonce de longue haleine pour mettre au point une solution 100% fiable de détection anticipée des malwares.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*