Twitter ne veut plus faire la publicité des solutions de Kaspersky Lab

Kaspersky

Si Kaspersky Lab se dit depuis de longs mois maintenant une victime collatérale des vives tensions existantes entre les Etats-Unis et la Russie, voilà que le célèbre éditeur de solutions de sécurité vient de voir une nouvelle porte se fermer. En effet, depuis le début de l’année 2018, Twitter lui interdit de faire la publicité de ses produits et services pour des raisons de proximité avec l’Etat russe.

Le modèle économique de Kaspersky Lab remis en cause par Twitter

Il y a quelques heures, Eugene Kaspersky, fondateur du célèbre éditeur russe de solutions de sécurité, a révélé à la presse que depuis le début de cette nouvelle année, le réseau de microblogging Twitter refusait de relayer ses publicités.

Le célèbre réseau social à l’oiseau bleu a justifié cette décision d’une manière assez surprenante puisqu’il a remis en cause le modèle économique de Kaspersky Lab. Seulement voilà, la société russe ne comprend pas trop ce que l’on reproche à son modèle de développement étant donné qu’il est semblable à celui de toute l’industrie de la cybersécurité.

Dans un communiqué, l’éditeur a précisé qu’il « proposait des produits et des services aux utilisateurs qui payent pour y avoir recours ». Autrement dit, il ne contrevient en rien aux pratiques publicitaires de Twitter.

Aussi, s’il a bien entériné le fait que Twitter ne voulait plus faire la promotion de ses produits, l’éditeur russe attend que la société américaine donne les vraies raisons qui la poussent à agir ainsi. Quant à l’argent économisé en communication – Kaspersky Lab ayant investi 75 000€ de publicité sur le réseau social en 2017 – il sera en 2018 « offert » à une association défendant les libertés sur Internet. Un joli contre-pied…

La proximité de Kaspersky Lab avec Moscou en question

Même si Twitter ne l’a pas officiellement admis, il semble bien que sa décision de ne pas relayer les publicités de Kaspersky Lab soit principalement motivée à un avis du ministère américain de l’Intérieur qui, le 13 septembre 2017, avait ordonné aux instances fédérales de ne plus utiliser les solutions développées par la société russe.

Kaspersky Lab est effectivement accusé d’être proche de Moscou et de servir les intérêts de l’Etat russe. Le gouvernement de Vladimir Poutine pourrait effectivement utiliser certains produits et services de Kaspersky dans le cadre d’opérations d’espionnage extérieures.

No votes yet.
Please wait...

1 commentaire sur Twitter ne veut plus faire la publicité des solutions de Kaspersky Lab

  1. C’est normal pour la securite des états unis tous ls antivirus doivent être américains.

    No votes yet.
    Please wait...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*