Telegram, victime collatérale des manifestations à Hong-kong ?

Telegram

Alors que les habitants de Hong-kong étaient dans la rue pour dénoncer une loi chinoise autorisant leur extradition vers la Chine, les serveurs de Telegram ont été la cible d’attaques DDoS. Selon les responsables de la société de messagerie chiffrée, Pékin serait derrière cette cyberattaque de grande ampleur.

La messagerie chiffrée Telegram visée par des hackers

Durant une bonne partie de la journée de mercredi, les utilisateurs de la messagerie chiffrée Telegram ont rencontré quelques difficultés au moment de faire fonctionner leur service favori.

Il faut dire que la société créée par les frères Durov et basée en Allemagne a été la cible d’une vaste attaque par déni de service (en savoir plus sur la plus puissante attaque DDoS de l’histoire). Les serveurs ont donc été paralysés, ce qui explique que la messagerie a été hors service pendant quelque temps.

Rapidement, une enquête a été menée pour savoir d’où était conduite l’attaque et la Chine a rapidement été identifiée. Pour Pavel Durov, CEO de Telegram, cette découverte n’est pas réellement une surprise puisque « toutes les attaques DDoS » connues par la société « coïncident dans le temps avec des manifestations à Hong-kong ». Autrement dit, Pékin ferait en sorte de bloquer volontairement cette messagerie chiffrée quand il y a un soulèvement populaire à Hong-kong, probablement pour empêcher les opposants au gouvernement de pouvoir s’organiser en tout anonymat.

La Chine réfute toute implication dans l’attaque DDoS connue par Telegram

Alors que la société Telegram ne s’est pas gênée pour mettre ouvertement en cause le régime de Pékin, les responsables chinois ont tenu à donner leur version dans cette affaire.

Aussi, ils ont totalement rejeté les allégations de Pavel Durov, précisant au passage que la Chine était très régulièrement la cible de cyberattaques venant des quatre coins du globe.

Autant dire que comme souvent, c’est parole contre parole et personne ne va infléchir sa position. Une bonne nouvelle est tout de même à signaler, les données des utilisateurs de Telegram n’ont pas été compromises si bien que les utilisateurs peuvent continuer à avoir recours à la messagerie chiffrée en toute discrétion.

 

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*