La Super NES Mini déjà hackée quelques jours après sa sortie

Super NES Mini

Alors que la Nintendo NES Mini avait été piratée dans les premiers jours suivant sa sortie, la Super NES Mini n’aura pas fait mieux. Disponible depuis quelques jours seulement, elle a déjà été hackée. Il faut dire qu’elle semble reposer sur le même hardware que celle qui l’a précédée en rayons.

Obtenez davantage de jeux pour votre Super NES Mini

Vous vous êtes offert la réédition de la Super NES Mini mise en vente tout récemment par le constructeur Nintendo mais vous trouvez que la société japonaise s’est montrée quelque peu avare en jeux – il y en a 21 d’embarquer sur la console – un hacker a démontré qu’il était possible de remédier à cela.

En utilisant une technique similaire à celle mise en œuvre sur la NES Mini, un Russe dénommé ClusterM a piraté cette Super NES Mini de sorte à pouvoir y jouer avec d’autres titres mais aussi de sorte à pouvoir remplacer les jeux en version US par des versions traduites dans sa langue.

Mais le hacker est allé plus loin puisqu’il a réussi à émuler plusieurs autres consoles (Master System, Mega Drive, Game Boy, Nintendo 64).

Un piratage simple mais une perte de la garantie de la Super NES Mini

Déjà responsable du piratage de la Nintendo NES Mini, ClusterM a décidé d’aider la communauté de joueurs à hacker leur console en mettant au point un outil de hacking baptisé hakchi2. Pour autant, ce dernier n’est pas encore totalement stable et des risques de blocage de la Super NES Mini existent.

Autre petit inconvénient, quelques petites manipulations sont indispensables pour ajouter les jeux à la machine mais rien de bien méchant.

Pour autant, il ne faut pas perdre de vue que de telles actions sont illégales. Par conséquent, n’espérez pas pouvoir faire jouer la garantie de la Super NES Mini en cas de problème car celle-ci n’est plus valable du moment où vous avez modifié le hardware.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*