Skype, WhatsApp, Viber : la Commission Européenne veut changer les règles

Skype

Alors que les acteurs comme Skype, WhatsApp, Viber ou encore Hangouts profitent de nombreux avantages en raison de leur non-classement comme « opérateurs de téléphonie », la Commission Européenne envisage de changer les règles du jeu. Et, cette fois, il ne s’agirait plus d’une rumeur…

La revente des données personnelles bientôt interdites aux acteurs de l’Internet

Si, jusqu’à aujourd’hui, Skype, WhatsApp, Hangouts ou encore Viber ont toujours pu contourner les opérateurs de téléphonie, la donne devrait bientôt changer.

En effet, la Commission Européenne a décidé d’agir pour contrer les services permettant de téléphoner et d’envoyer des SMS gratuitement sans pour autant être classés comme des opérateurs de téléphonie.

Selon le Financial Times, un projet allant dans ce sens devrait d’ailleurs être proposé pas plus tard qu’au mois de septembre de cette année. Ce texte devrait retirer bien des avantages à Skype et consorts puisque les acteurs de l’Internet devront respecter les mêmes règles que les opérateurs dits classiques. Autrement dit, ce pourrait être la fin de l’exception fiscale, de la revente des données personnelles à des fins commerciales ou encore de l’absence de proposition des appels d’urgence.

Un projet d’harmonisation qui devrait faire des remous

Si la mise à plat des règles que doivent respecter les acteurs du marché des télécommunications pour créer un marché unique digital semble cohérent, elle devrait s’accompagner de quelques remous.

Eh oui, si elle devrait être appréciée des Européens qui estiment en masse que la confidentialité des données n’est pas suffisante mais aussi de la Fédération française des télécoms qui dénonçait depuis fort longtemps une « iniquité réglementaire », les principaux concernés devraient eux rechigner à faire de quelconques efforts.

Rappelons que Skype a, déjà par le passé, refusé de se déclarer « opérateur ». Peut-être que, sous la pression de l’Arcep, Microsoft se montra plus flexible cette fois ci. Dans le cas contraire, tout pourrait bien se régler devant la justice mais pas sûr que Skype prenne le risque après avoir déjà écopé d’une lourde amende en Belgique dans une affaire similaire.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*