Runkeeper, une application espion sur votre smartphone ?

runkeeper

Alors que l’application Runkeeper a largement contribué à démocratiser le running aux quatre coins de la planète, voilà qu’elle est accusée d’espionner les utilisateurs mais aussi de revendre les données personnelles à des sociétés commerciales. C’est le Conseil des Consommateurs Norvégiens qui est à l’origine de cette requête.

La gestion des données de Runkeeper fait polémique

Si l’application Runkeeper peut aujourd’hui se vanter de compter plus de 45 millions d’utilisateurs, elle est aujourd’hui au cœur d’une affaire qui pourrait bien largement écorner son image.

En effet, si elle est dans l’obligation de collecter un maximum de données relatives à ses utilisateurs afin de générer des statistiques fiables, il semblerait qu’elle ne se contente pas d’exploiter celles-ci uniquement pour améliorer l’expérience running de ceux qui la possèdent.

D’après le Conseil des Consommateurs Norvégiens qui a réalisé un test, Runkeeper transmettrait des informations même lorsque l’application n’est pas en cours d’utilisation. D’ailleurs, l’association scandinave accuse la société derrière cette appli de revendre les données personnelles récoltées à des entreprises commerciales américaines en vue de la constitution de base de données pour de futurs démarchages publicitaires.

Et ce n’est pas le seul élément pointé du doigt par le Conseil des Consommateurs Norvégiens qui reproche aussi à Runkeeper de ne pas supprimer les données récoltées même après la fermeture d’un compte utilisateur et de modifier trop souvent la politique relative à la confidentialité des données.

L’éditeur de Runkeeper bientôt épinglé par la justice ?

En raison des nombreux points noirs observés, le Conseil des Consommateurs Norvégiens a décidé de ne pas se contenter d’alerter l’opinion publique et a fait le choix de porter plainte contre l’entreprise FitnessKeeper qui édite Runkeeper.

Toutefois, puisqu’il s’agit d’une entreprise américaine ne disposant d’aucune filiale en Europe, les poursuites judiciaires ne devraient pas aboutir, FitnessKeeper n’étant pas en faute vis-à-vis de la loi US beaucoup plus permissive en la matière de gestion des données.

L’éditeur de Runkeeper a toutefois pris le temps de répondre à l’association de consommateurs en l’informant de sa volonté d’améliorer les choses. Reste à savoir si ces propos seront suivis d’actions ou non…

No votes yet.
Please wait...

1 commentaire sur Runkeeper, une application espion sur votre smartphone ?

  1. La norvege cherche à se montrer plus à cheval sur la vie privé de ses citoyens que les usa?

    No votes yet.
    Please wait...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*