Le responsable du site Scan4You écope de 14 ans de prison

Scan4You

Peu avant l’été 2017, la fermeture du site Scan4You avait fait beaucoup de bruit tant ce dernier était utilisé par les cybercriminels pour tester l’efficacité de leurs malwares. Aussi, la justice n’a pas été tendre avec le responsable de ce service, Ruslans Bondars, puisqu’il a écopé d’une peine de prison de 14 ans.

L’affaire Scan4You connaît son épilogue

Si vous suivez un tantinet soit peu l’actualité de la sécurité informatique, Scan4You doit vous dire quelque chose. Derrière ce nom, se cachait jusqu’en mai 2017 un « counter antivirus » c’est-à-dire un service de détection de virus.

Seulement voilà, sa particularité était d’être essentiellement utilisé par les cybercriminels. Ils profitaient de ce service pour tester la détectabilité par les antivirus des malwares qu’ils créent. Ensuite, selon les résultats obtenus, ils faisaient le nécessaire pour les améliorer de sorte à ce qu’ils soient les plus « efficaces » possible.

Depuis plusieurs années, Trend Micro observait ce petit manège et il a semble-t-il régulièrement alimenté le FBI en rapports attestant de la proximité des responsables du site, les Lettons Ruslans Bondars et Jurijs Martisevs, avec certains groupes de hackers.

Il faut dire que Scan4You adressait à Trend Micro – et à ce seul fournisseur d’ailleurs – des rapports sur les analyses URL de son moteur antivirus, un oubli probablement puisque rappelons que l’illégalité d’un « counter antivirus » tient justement dans le fait qu’il n’adresse pas les rapports aux éditeurs des solutions de sécurité.

14 ans de prison pour le créateur de Scan4You

Arrêtés au mois de mai 2017 puis extradés vers les Etats Unis, les deux responsables de Scan4You ont constaté il y a quelques heures que la justice américaine ne désirait pas jouer avec la cybersécurité.

Le principal accusé dans l’affaire, Ruslans Bondars, a ainsi écopé d’une peine de prison de 14 ans, une peine qui fait énormément débat aux Etats-Unis.

D’une part, certains estiment qu’en tant que complices de nombreux cybercriminels, la sanction prononcée par la Cour est totalement cohérente. D’autre part, certains jugent que ce verdict est la preuve que le « Computer Fraud and Abuse Act » doit évoluer pour s’adapter à la société moderne.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.