Ransomwares : une ville de Floride paye 600 000 dollars

ransomwares Riviera Beach

À l’heure où les ransomwares visent de plus en plus fréquemment des administrations, voilà qu’une commune de Floride a décidé de verser la rançon aux hackers. Aussi, pour retrouver toute sa tranquillité, Riviera Beach a préféré payer la coquette somme de 65 bitcoins, soit un peu plus de 600 000 dollars.

Une attaque par ransomware payée au prix fort

Il y a un peu plus de trois semaines, une attaque par ransomware a touché les services administratifs de la commune de Riviera Beach, en Floride.

Il semblerait que l’ouverture d’une pièce jointe malveillante par un agent de la commune ait suffi à ce qu’un ransomware infecte le système informatique et se propage rapidement au sein de celui-ci.

En quelques minutes seulement, les services municipaux ont été privés de réseau téléphonique, de messageries électroniques et d’un accès à la large majorité des dossiers qu’ils gèrent. Semblable à la paralysie de Baltimore suite à une cyberattaque, la situation n’aura toutefois pas duré autant puisque le conseil municipal a voté le paiement de la rançon afin de retrouver au plus vite un accès au système informatique.

Riviera Beach a donc dû s’acquitter de 65 bitcoins (soit environ 600 000 dollars) auprès des pirates pour se libérer du joug du ransomware.

Pour l’anecdote, lors de la même réunion du conseil municipal, un important budget a été dégagé pour améliorer la sécurité du système informatique de la commune. Cette affaire aura au moins eu le mérite de faire évoluer les choses…

Les administrations américaines, cibles faciles pour les créateurs de ransomwares

Depuis un peu plus d’un an maintenant, il est de plus en plus fréquent d’entendre parler de situations où des ransomwares parviennent à paralyser une ville entière.

Or, si les consignes du FBI sont de ne pas payer la rançon, les administrations prennent de plus en plus souvent cette voie. Il faut dire que celles qui ont préféré éviter cette option ont généralement perdu beaucoup plus d’argent que le montant de la rançon demandé ce qui a naturellement de quoi faire réfléchir.

Pour autant, en payant les cybercriminels derrière ces ransomwares, les administrations encouragent ces derniers à reproduire leurs actions. Il faut dire que le business est plutôt lucratif étant donné qu’en 2018, le butin serait proche des 4 millions de dollars.

Pas sûr donc que les cybercriminels soient prêts à mettre un terme à un filon aussi juteux.

No votes yet.
Please wait...

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. APT 41 : Espions ou cybercriminels, difficile à dire !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.