Ransomwares : ils enrichissent les hackers !

ransomwares

Depuis quelques semaines, les ransomwares font la Une de tous les médias. Il faut dire que si ces derniers sont de plus en plus utilisés par les pirates, c’est parce qu’ils s’avèrent être des outils très rentables pour les hackers comme un article publié dans les Echos l’a prouvé.

Les ransomwares en plein boom aux Etats-Unis

Au cours des derniers mois, les pirates informatiques se sont concentrés sur l’utilisation des ransomwares pour obtenir du cash. Il faut dire que ces malwares qui chiffrent les données sur un ordinateur et exigent une rançon pour les déchiffrer s’avèrent très rentables.

Aux Etats-Unis, depuis 2005, les victimes de ransomwares auraient payé 57,6 millions de dollars pour déchiffrer les contenus disponibles sur leur ordinateur. Rien qu’en 2015, le chiffre d’affaires des hackers ayant recours à ce type de pratiques s’élèvent à 24 millions de dollars.

Bien évidemment, si beaucoup plus d’argent a été gagné en 2015, c’est que ce type d’attaques a connu un véritable boom en 2015, le nombre de plaintes déposées en 2015, à savoir 2500, alors que seulement 7000 ont été enregistrées depuis 2005, est d’ailleurs là pour le prouver.

Kaspersky Lab livre une infographie sur les ransomwares

Il y a quelques heures, la société de sécurité informatique Kaspersky Lab a publié une grande infographie consacrée aux ransomwares en 2015.

C’est ainsi l’occasion d’apprendre que ces derniers ont fait plus de 750 000 victimes l’an passé dans le monde entier. En moyenne, ces dernières ont été prêtes à payer 300 dollars pour que les contenus de leur ordinateur soient déchiffrés.

Si Locky est actuellement celui qui fait le plus de ravages, Cryptolocker a depuis ses débuts en 2013 également fait de nombreuses victimes mais a aussi considérablement enrichi les hackers puisque ce sont 30 millions de dollars qui seraient engrangés tous les 100 jours par les pirates commettant des actions s’appuyant sur ce rançongiciel.

Rating: 3.0. From 2 votes.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*