Quand le FBI a recours au piratage pour identifier des pédophiles

piratage pedophilie

Depuis quelques jours, une affaire fait beaucoup parler outre-Atlantique. En effet, le FBI a hébergé sur ses serveurs un ancien site pédopornographique afin de piéger les pédophiles grâce à un piratage de leur ordinateur. Mais la manière d’agir ne convainc pas la population américaine.

Le piratage comme outil au service du FBI

En février 2015, le FBI parvenait à mettre la main sur les serveurs du site Playpen, une plateforme utilisée par les pédophiles du monde entier pour échanger, via TOR, des milliers de contenus à caractère pédopornographique.

Toutefois, derrière TOR, toutes les connexions étaient anonymes et impossible au FBI de remonter le réseau. Par conséquent, les autorités américaines ont décidé d’héberger le site sur leurs propres serveurs et de mener le piratage des ordinateurs de tous ceux qui s’y connectaient. Pour ce faire, le FBI infectait tout simplement les ordinateurs et récupérait ainsi les adresses IP.

Avec un tel dispositif, le FBI est parvenu à obtenir plus de 1300 coordonnées de potentiels pédophiles. A plusieurs reprises, les autorités américaines avaient conçu des pièges similaires mais jamais une campagne de cette ampleur n’avait été menée.

L’opinion publique s’oppose aux pratiques du FBI

Si le FBI a agi pour accélérer la lutte contre la pédopornographie sur Internet, tout le monde ne semble pas partager les moyens mis en œuvre pour parvenir aux résultats connus.

En effet, pour les avocats de la défense, « les enquêtes criminelles devraient avoir pour but de contenir et de réduire le mal causé par des activités illégales, et non pas perpétuer ce mal ». Aussi, pourquoi le FBI a-t-il sciemment laissé ouvert une plateforme d’échange de contenus illégaux ?

Mais l’opinion publique est également gênée qu’il n’ait fallu qu’un seul mandat pour autoriser le FBI à pénétrer dans les ordinateurs des visiteurs du site pédopornographique. Pour elle, cela signifie qu’il est très (trop) simple pour les autorités publiques de porter atteinte aux libertés publiques.

Si l’on peut comprendre que les défenseurs des libertés aient fait part de leur inquiétude, il ne faut pas omettre que dans la situation présente, l’opération de piratage conduite par le FBI a permis de réaliser un véritable coup de filet dans le petit monde des pédophiles

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*