Et si les pirates informatiques pouvaient dérober les données du cerveau ?

cerveau

S’il y a bien une base de données à laquelle même les meilleurs pirates informatiques de la planète peinent à avoir accès, c’est bien notre cerveau ! Seulement voilà, le progrès est tel qu’une étude conduite par des chercheurs de l’Université de Washington montre l’importance de mettre rapidement en place une législation relative au piratage de l’être humain.

Les signaux cérébraux bientôt utilisés par les hackers ?

Cela a de quoi surprendre mais de nombreux procédés permettent d’ores et déjà d’obtenir les informations du cerveau à partir de ses signaux électriques. Le développement des interfaces cerveau-ordinateur prouvent que les ondes cérébrales peuvent donner de précieuses informations mais aujourd’hui le recours à ce type de procédés se borne fort heureusement au secteur médical même si quelques jeux vidéo commencent à s’y intéresser de près.

D’ailleurs, les chercheurs de l’Université de Washington estiment que ces procédés vont se démocratiser et qu’il est donc essentiel de plancher dès aujourd’hui sur un encadrement juridique du respect de la vie privée et de la sécurité. Eh oui, il est fondamental que les données tirées de notre cerveau ne puissent être utilisées sans accord préalable.

Selon ces mêmes chercheurs, il serait effectivement possible d’obtenir, via le cerveau d’un individu, ses préférences politiques, ses envies, son orientation sexuelle ou même ses goûts, autant d’éléments qui font le plus souvent partie de la vie privée des individus.

Pirater un cerveau, simple comme bonjour !

Alors que beaucoup pensent que le piratage du cerveau est complexe, il suffit pourtant de lui faire percevoir des images subliminales pour qu’il en dise beaucoup sur les personnes.

En effet, le cerveau réagit spontanément aux images qu’il voit et il est donc possible d’en savoir beaucoup plus qu’on ne le pense en analysant ses réactions. Pire, ces réactions pourraient être utilisées pour faire chanter ou bien même divulguer des informations privées.

En quelque sorte, il serait très simple de disposer d’un détecteur de mensonges ultra-sophistiqué et extrêmement fiable.

Voilà qui a de quoi faire peur !

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*