Panama Papers : 11 millions de données sensibles dérobées

Panama Papers

Il est fréquent que des pirates informatiques parviennent à mettre la main sur des données sensibles. Toutefois, rarement le volume de données volées n’a été aussi important que ce qui vient de se produire avec le Panama Papers puisque ce sont plus de 214 000 sociétés offshore qui auraient été découvertes.

Panama Papers, la nouvelle affaire qui embarrasse !

Il y a quelques heures, un anonyme a fourni au journal allemand Suddeutsche Zeitung une base de données colossale et mettant en lumière les montages fiscaux mis au point par plusieurs personnes très riches de notre société.

En effet, à la fin de l’année 2015, des hackers seraient parvenus à accéder de manière non autorisée à la messagerie de Mossack Fonseca, une société panaméenne spécialisée dans le placement d’argent, et à extraire 2 600 Go de données secrètes.

Ces données permettent de noter que l’entreprise a créé pas moins de 214 000 sociétés offshore avec des capitaux provenant du monde entier. Bien évidemment, tous ceux qui auraient eu recours aux services de cette société implantée à Panama sont accusés d’avoir voulu réaliser de l’évasion fiscale puisque, sauf s’ils ont déclaré leur entreprise, ils ont évité que l’administration fiscale n’ait connaissance de tout ou partie de leur argent.

Une affaire qui fait énormément de bruit

Depuis sa révélation, la Panama Papers fait beaucoup de bruit. Il faut dire que de nombreuses célébrités semblent avoir fait confiance à Mossack Fonseca pour la gestion de leur argent.

Ainsi, plusieurs entreprises offshore ouvertes dans 21 paradis fiscaux mèneraient, via un prête-nom, à des hommes politiques, des sportifs professionnels ou encore des chefs d’entreprise.

Selon les premières informations d’ores et déjà divulguées au grand public, Lionel Messi, Michel Platini, Vladimir Poutine ou encore de nombreux membres de gouvernement de pays de l’Union Européenne seraient concernés.

Bien d’autres pourraient toutefois rejoindre cette liste prochainement puisque l’on est en droit d’imaginer que d’autres « stars » de ce monde se cachent derrière l’un des 218 000 prête-noms ayant servi à abriter de l’argent sous les cocotiers d’un paradis fiscal.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*