Les ordinateurs quantiques, une menace pour la sécurité informatique ?

ordinateurs quantiques

À l’heure où plusieurs grands constructeurs s’activent pour développer des ordinateurs quantiques ultrapuissants, les systèmes de sécurité actuels pourraient bientôt ne plus suffire pour protéger ses données. En effet, les ordinateurs quantiques n’auront aucun mal à les contourner…

Vives inquiétudes liées à l’avènement des ordinateurs quantiques

Même si les systèmes de sécurité actuels présentent quelques défauts, ils se montrent globalement très efficaces lorsqu’il est question de protéger des données et d’empêcher l’accès à certains équipements.

Toutefois, l’arrivée prochaine des ordinateurs quantiques sur le marché va tout remettre en cause. Les experts en sécurité se montrent d’ailleurs particulièrement inquiets, et ce tout particulièrement depuis que les travaux menés par Craig Gidney (Google) et Martin Ekera (Royal Institute of Technology de Stockholm, Suède) ont été publiés.

Ces derniers ont effectivement démontré qu’il ne fallait que quelques heures (8 très précisément) pour que leur ordinateur quantique parvienne à casser le chiffrement RSA sur 2048 bits, pourtant réputé pour sa quasi-inviolabilité.

Une puissance de calcul difficile à contrer

En réalité, si des ordinateurs quantiques peuvent réussir pareille prouesse, c’est tout simplement parce que leur puissance de calcul leur permet d’effectuer des milliers d’opérations à la minute. Aussi, ce qui était impossible devient possible dans des délais raisonnables comme par exemple casser le chiffrement RSA sur 2048 bits.

Jusqu’à présent, casser ce chiffrement était effectivement possible mais il fallait qu’une machine travaille plus d’une dizaine d’années pour y parvenir. Avec les ordinateurs quantiques les plus puissants, ce délai devrait passer à moins de 4 heures selon les spécialistes.

Bien entendu, cette évolution est prise très au sérieux puisque le chiffrement RSA sur 2048 bits est celui utilisé pour protéger les dossiers confidentiels des États, mais aussi des banques pour ne citer qu’eux.

D’ailleurs, des travaux seraient en cours pour développer de nouvelles formes de chiffrement capables de résister à la puissance des ordinateurs quantiques. En attendant, les violations de données resteront fréquentes, l’Université Georgia Tech étant l’une des dernières victimes en date

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*