Les objets connectés peinent encore à séduire en Europe

objets connectés

Si les objets connectés rencontrent un franc succès aux quatre coins de la planète, ils peinent toujours à convaincre la plupart de la population européenne. C’est du moins ce que tendent à montrer les résultats d’une étude menée par l’IDATE (Institut De l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe).

L’Internet des Objets, un potentiel pas exploité à ce jour en Europe

A l’heure où l’on ne compte plus le nombre de gadgets connectés censés révolutionner le monde, force est de constater que ces derniers n’arrivent pas véritablement à séduire le grand public.

Pourtant, le potentiel du secteur est colossal puisque ce sont quelques 40 milliards d’objets connectés qui pourraient nous entourer en 2030.

Les fabricants d’objets connectés doivent donc trouver la bonne recette pour imposer leurs produits sur le marché mais ce n’est pas gagné… Il faut dire que si certains ont au moins partiellement convaincu comme le compteur électrique Linky, d’autres sont apparus totalement loufoques comme le rideau de douche connectée, la casquette solaire ou le robot tueur de moustiques.

Bilan, alors que ce marché était attendu comme le Graal de la high-tech européenne, il est devenu le royaume de l’inutile. A cela, s’ajoutent de vrais verrous tant psychologiques que techniques chez les clients si bien que ces derniers fuient les objets connectés.

Les doutes sur la sécurité, sur la protection de la vie privée et sur l’impact environnemental sont ainsi de vrais freins à l’achat. Peut-être donc que les entreprises du secteur seraient bien inspirées de miser davantage sur les avantages produits plutôt que sur le caractère innovant dans leur communication…

L’Europe a-t-elle-déjà manqué le virage des objets connectés  ?

Alors que les sociétés américaines, chinoises, japonaises ou encore sud-coréennes ont su saisir le potentiel du marché des objets connectés, les entreprises européennes ont raté le train. Or, il n’est pas certain que ce dernier repasse !

Aussi, les entreprises européennes pourraient bien ne profiter que de miettes sur un marché pourtant énorme et au potentiel incroyable. Lorsque l’on sait qu’en deux heures, le volume de données échangées sur la planète équivaut à celui de toute l’année 2000, on comprend bien l’ampleur de la tendance.

Reste maintenant à savoir si l’Europe parviendra à se ressaisir. Rappelons juste que la Commission Européenne avait misé sur la création de 900 000 emplois dans le numérique pour accompagner le boom des objets connectés…

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*