Le nucléaire américain dans le collimateur des hackers

nucléaire américain

Alors que des hackers ont récemment prouvé qu’ils étaient capables de plonger une grande ville dans le noir, voilà que The Verge rapporte que le nucléaire américain serait dans la ligne de mire des pirates. Plusieurs attaques ciblant les entreprises chargées de l’exploitation des centrales nucléaires ont récemment eu lieu.

Des attaques informatiques contre le nucléaire américain détectées

Au cours des deux derniers mois, plusieurs attaques informatiques auraient ciblé le nucléaire américain si l’on en croit un rapport du département de la sécurité national et du FBI.

Plus précisément, les hackers auraient visé à plusieurs reprises les entreprises exploitant les centrales nucléaires américaines et ce un peu partout sur le territoire US.

Parmi les infrastructures du nucléaire américain qui ont le plus été exposées, la Wolf Creek Nuclear Operating Corporation arriverait en bonne position. Mais plus globalement, c’est la filiale du nucléaire américain qui serait visée puisque plusieurs fournisseurs d’électricité disent aussi avoir dû faire face à des cyberattaques.

Reste maintenant à savoir ce que recherchent réellement les cyberassaillants et pour l’heure, rien n’est très clair.

Des objectifs peu évidents et la crainte d’une future cyberattaque d’ampleur

Si les cyberattaques contre le nucléaire américain ont été authentifiées, pas facile de savoir les réelles motivations des hackers.

En premier lieu, beaucoup de spécialistes ont pensé que le vol de documents secrets ou le blocage de la production d’électricité pouvait être un motif valable.

Mais dans un second temps, les observateurs se sont orientés vers d’autres objectifs à savoir la préparation d’une future cyberattaque de grande ampleur. En effet, jusqu’à présent, les hackers n’ont causé aucun dégât. S’ils ont réussi à accéder aux réseaux bureautiques de plusieurs entreprises, ils ne sont en revanche pas parvenus à s’infiltrer dans les infrastructures de contrôle des centrales nucléaires.

Il faut dire que les réseaux bureautiques et les infrastructures de contrôle ont volontairement été séparés pour éviter une trop grande exposition aux cyberattaques. Reste maintenant à savoir si la seule intrusion dans les réseaux bureautiques a permis aux hackers de cartographier tout ou partie des réseaux informatiques du nucléaire américain…

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*