Navigateurs Chrome et Explorer : gare à la publicité malveillante

navigateurs - publicité malveillante

Il y a quelques heures, le Wall Street Journal a rendu public les résultats d’une étude réalisée par FraudLogix. Selon les chercheurs de cette entreprise, certains navigateurs web, en l’occurrence Google Chrome et Microsoft Explorer, seraient davantage sujets à de la publicité malveillante.

Chrome et Explorer, deux navigateurs manipulables par les hackers ?

Aujourd’hui, les fraudeurs expérimentés ne rencontrent guère de difficultés à manipuler les navigateurs web. Le principe est simple, ils infectent les navigateurs et les contraignent à charger certaines pages web sur lesquelles ils ont préalablement installé des bannières publicitaires malveillantes prenant la place d’authentiques bannières. Autrement dit, les fraudeurs font de l’argent sur le dos des annonceurs puisque ces derniers payent pour une visibilité qui est bien moindre.

Afin de mener son étude, FraudLogix a retenu un échantillon de 135 millions d’impressions sur une durée de 7 jours. Force est alors de constater que deux principaux navigateurs, Google Chrome et Microsoft Explorer, ont servi près des trois quarts des publicités malveillantes. Plus précisément, le navigateur de Microsoft serait à l’origine de 50% des impressions contre un peu plus de 20% pour celui de la firme basée à Mountain View.

Google et Microsoft contestent les résultats

Dès la publication des résultats de l’étude conduite par FraudLogix, les deux géants de l’informatique ont tenu à rappeler qu’il était impossible de mesurer précisément la fraude au niveau d’un navigateur pour la simple et bonne raison que les logiciels malveillants créent des « canaux » pour produire du faux trafic et que ce dernier ne peut être attribué à tel ou tel navigateur.

Si FraudLogix a, par la voix de son boss, admis la possibilité que des ordinateurs infectés usurpent l’identité des navigateurs, il dit également que tout ne peut être justifié ainsi.

Toutefois, une raison explique bien pour justifier que Chrome et Explorer soient plus ciblés : leur popularité. En effet, les fraudeurs ont tout intérêt à privilégier les navigateurs disposant du plus grand nombre d’utilisateurs…

En tout cas, dans cette petite affaire, les annonceurs pourraient perdre 7 milliards de dollars chaque année. Nul doute que cela pourrait faire évoluer quelques règles.

Rating: 4.0/5. From 1 vote.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.