Mobilier publicitaire JC Decaux : la détection des smartphones interdite

JC Decaux

Il y a quelques jours, le Conseil d’Etat a mis un terme à l’affaire juridique qui voyait s’affronter la société JC Decaux et la CNIL et ce depuis maintenant 2 ans. La détection des smartphones par le mobilier publicitaire est une pratique interdite en France et cela ne devrait pas changer…

Une expérimentation de mobilier publicitaire qui fait débat

Le litige qui oppose JC Decaux et la CNIL ne remonte pas à hier mais bel et bien en 2015 car la société française a formulé une demande au garant des libertés individuelles pour obtenir l’autorisation d’expérimenter le temps d’un mois un nouveau type de mobilier publicitaire.

Afin de présenter des arguments toujours plus fiables aux annonceurs publicitaires, JC Decaux souhaite alors tester un panneau publicitaire grand format équipé d’un récepteur Wi-Fi capable de collecter et stocker les adresses MAC des terminaux mobiles passant à proximité.

Autant dire que ce nouveau mobilier publicitaire se charge de la détection des smartphones dans un rayon de 25 mètres et permet d’avoir un indicateur précis de la puissance d’un emplacement. De même, les mouvements des passants devant le panneau auraient probablement permis à JC Decaux mais surtout aux annonceurs d’optimiser l’efficacité de leur campagne publicitaire.

Une opposition ferme de la CNIL au projet de JC Decaux

Quelques semaines après sa demande, JC Decaux a reçu une réponse sans équivoque de la CNIL, dans la lignée des actions menées face à Cdiscount ou Facebook un peu plus tôt. Un tel mobilier publicitaire serait illégal dans le sens où le dispositif n’assurerait pas la parfaite anonymisation des données personnelles.

JC Decaux a bien proposé des solutions pour remédier à ce problème qu’il dit prendre en considération mais systématiquement l’entreprise conservait la possibilité de savoir si un même individu était passé plusieurs fois à proximité du panneau. Selon la CNIL, ce constat suffisait à prouver que le mobilier pouvait porter atteinte à la liberté individuelle de chacun.

De plus, l’expérimentation posait problème dans le sens où il aurait fallu que l’entreprise française signale à tous les passants l’existence de son test afin que chacun soit libre de vouloir y participer ou non. Or, cela était impossible à mettre en œuvre !

JC Decaux a donc décidé de porter l’affaire devant le Conseil d’Etat mais celui-ci s’est rangé derrière la CNIL. Cette décision a néanmoins le mérite de clore les débats…

No votes yet.
Please wait...

1 commentaire sur Mobilier publicitaire JC Decaux : la détection des smartphones interdite

  1. On lui a laissé combien de temps pour sa collecte de données?

    No votes yet.
    Please wait...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*