Des millions d’identifiants LinkedIn mis en vente

linkedIn

C’est un peu plus tôt dans la journée que le toujours très bien informé site Motherboard a annoncé publiquement que plus de 117 millions d’identifiants LinkedIn sont actuellement en vente sur la Toile. Il pourrait s’agir des données dérobées au réseau social professionnel en 2012.

Le piratage de LinkedIn en 2012 refait surface !

Souvenez-vous, en 2012, le célèbre réseau social professionnel LinkedIn était victime d’une importante opération de piratage. Selon les équipes du site, ce ne sont toutefois « que » 6,5 millions de données qui étaient volées par les hackers.

Aujourd’hui, il est possible de penser qu’elles ont considérablement sous-estimé le vol puisque Motherboard affirme qu’un lot de 17 millions d’identifiants LinkedIn serait depuis quelques heures en vente sur des plateformes bien évidemment illégales.

Si le prix de ce lot est fixé à 2 200 dollars, ce n’est pas cela qui a retenu l’attention des journalistes de Motherboard mais plutôt le fait que l’ensemble des données à vendre se composerait de 117 millions d’identifiants (couple composé d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe).

Autant dire donc que, si toutes ces données proviennent du piratage de 2012, LinkedIn a soit voulu taire partiellement l’ampleur du piratage, soit ne s’est pas rendu compte de la réalité des faits.

De vrais identifiants LinkedIn mis en vente ?

Comme c’est souvent le cas lorsque des identifiants de sites web apparaissent à la vente sur des plateformes illégales, de nombreuses personnes ont cherché à savoir si ces données étaient bien authentiques.

Selon Motherboard, ce serait le cas puisque le site HaveIBeenPwned dit avoir pu faire valider par deux utilisateurs de LinkedIn dont les identifiants ont été piratés des données disponibles dans la base mise en vente par le hacker.

Du côté de LinkedIn, en revanche, aucune certitude pour l’heure que les données vendues en ligne correspondent à celles dérobées en 2012 même si les équipes sont à pied d’œuvre pour mener l’enquête.

Affaire à suivre donc…

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*