Micros : les supports des terminaux de paiement piratés

Micros

On le dit souvent, les pirates russes comptent parmi les meilleurs de la planète. Ce sont d’ailleurs eux qui ont réussi à la fin du mois de juillet à s’introduire dans les supports des terminaux de paiement de Micros. Désormais, tous les clients de la filiale d’Oracle ont intérêt à modifier leurs mots de passe pour se prémunir contre bien des risques.

Un vaste piratage de terminaux de paiement officialisé

Alors que de nombreux piratages ne tombent pas dans la sphère publique, celui des supports de terminaux de paiement Micros l’a été.

En effet, c’est Brian Krebs, via KrebsOnSecurity, qui a officialisé une cyberattaque qui a visé les supports de terminaux de paiement de la société Micros.

Probablement conduite par des hackers de nationalité russe proches de l’organisation criminelle Carbanak qui, rappelons-le, compte parmi les gangs qui font partie du syndicat du crime organisé en Russie, cette attaque informatique a eu des conséquences qu’il est difficile à estimer.

Notons effectivement que Micros est le 3ème fournisseur de terminaux de paiement de la planète et que ces derniers sont présents dans 180 pays.

Plus de 700 supports de terminaux de paiement Micros affectés

Au cours de la cyberattaque probablement menée depuis la Russie, ce sont plus de 700 machines qui auraient été compromises.

La principale crainte, du côté de Micros, est que des applications malveillantes aient pu être injectées dans les machines afin de voler identifiants, mots de passe mais aussi coordonnées personnelles.

Toutefois, Oracle, maison-mère de Micros, assure que le code malveillant a d’ores et déjà retiré et que les terminaux de paiement sont donc de nouveau entièrement sécurisés.

En parallèle, une annonce a été faite pour confirmer que les données des cartes bancaires n’avaient pu être obtenues, les hackers n’étant pas parvenus à compromettre le chiffrement qui aura donc tenu le coup malgré les connaissances des cybercriminels.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*