Quand des métadonnées d images permettent de repérer des dealers

métadonnées d images

Il est bien connu que les criminels qui arpentent le Deep Web pour y faire leur petit business sont très intelligents et connaissent de nombreuses astuces pour ne jamais se faire prendre. Seulement voilà, il y a quelques heures, deux étudiants de l’Université de Harvard sont parvenus à identifier 229 dealers. Comment ? Simplement en utilisant les métadonnées d images postées en ligne !

Des photos très « parlantes » grâce aux métadonnées d images

Alors que les photos postées sur Internet semblent plus ou moins anodines, de nombreux dealers viennent d’apprendre à leur dépens que la vérité est toute autre.

En effet, deux étudiants de la prestigieuse Université de Harvard ont réussi la prouesse de démasquer plus de 200 trafiquants de drogue et d’armes qui avaient trouvé bon de faire la promotion de leurs boutiques avec des photos.

Eh oui, toutes les images numériques contiennent un grand nombre de métadonnées qui en disent long sur ceux qui ont pris les photos. Les métadonnées d images incluent effectivement la dimension de la photo, la date, le modèle de l’appareil et diverses autres informations. Très souvent, apparaît aussi la donnée qui a permis de repérer les dealers à savoir les coordonnées GPS.

Les métadonnées d images peuvent donc permettre, si elles n’ont pas été supprimées, de remonter très facilement une piste en matière d’enquête puisqu’il est au moins possible de retrouver les lieux où la photo a été prise.

Plus de 200 dealers identifiés par leurs photos sur le Deep Web

C’est parce qu’ils maîtrisaient parfaitement les possibilités offertes par les métadonnées d images que Paul Lisker et Michael Rose, tous deux étudiants à Harvard, ont pris le temps de recueillir plus de 200 000 images sur le Deep Web afin de rechercher des coordonnées GPS aussi appelés « geo tags ».

L’exploitation de ces données permet ainsi de définir, à deux kilomètres près, les lieux où les photos ont été prises. Cette enquête savamment menée pourrait donc aider les autorités à interpeler prochainement plus de 200 trafiquants.

Cette affaire montre aussi qu’il peut être judicieux de supprimer les métadonnées d images pour s’assurer d’une pleine protection de sa vie privée

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*