Les malwares mobiles à l’origine de 40 millions d’attaques en 2016

malwares mobiles

Il y a quelques jours, Kaspersky Lab a dévoilé les résultats de sa grande étude annuelle Mobile Virusology. On découvre ainsi qu’en 2016, 8,5 millions de malwares mobiles ont été identifiés soit 50% de ceux qui l’avaient été depuis 2004. Ces derniers sont à l’origine de 40 millions d’attaques l’an passé. Mais voici les quelques tendances clés à retenir.

Le cheval de Troie publicitaire en tête des malwares mobiles

Parmi les malwares mobiles les plus représentés en 2016, c’est assurément le cheval de Troie publicitaire qui se fait remarquer par son omniprésence.

A l’origine de 4 tentatives d’attaques sur 5, ce type de malwares mobiles est capable de s’approprier des droits de superutilisateur et donc de se permettre quelques actions sur les terminaux des victimes. Entre autres, il peut permettre d’afficher des bannières publicitaires pirates ou de télécharger à distance des applications malveillantes.

Généralement, les chevaux de Troie profitent du fait que les détenteurs de smartphones n’ont pas mis à jour leur système pour exploiter une faille de sécurité laissée ouverte. Ces malwares mobiles sont ensuite difficilement décelables puisqu’ils parviennent à se camoufler dans le système et leurs actions sont impossibles à détecter.

Les ransomwares mobiles ont le vent en poupe

Si leur nombre a été multiplié par 1,6 en 2016, les ransomwares mobiles n’en restent pas moins la nouvelle menace qui pèse sur tous les utilisateurs de smartphones et tablettes.

Eh oui, si les ransomwares sur Mac et sur PC ont déjà beaucoup fait parler d’eux, ceux ciblant les terminaux mobiles sont plus récents. Leur principe reste toutefois le même puisqu’ils vont bloquer l’accès au contenu du smartphone et demander une rançon pour le débloquer.

Visant principalement l’Allemagne, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ces malwares mobiles exigent généralement un versement de 100 à 200 dollars sous la forme de codes iTunes.

Les chevaux de Troie bancaires mobiles sont à prendre au sérieux

Dernières créations des spécialistes en malware mobiles, ces chevaux de Troie sont conçus de sorte à contourner les mécanismes de sécurité existants pour proposer de fausses applications bancaires.

Celles-ci pointent effectivement vers des pages phishing très réalistes où les hackers peuvent simplement récupérer les identifiants et mots de passe que les clients des banques y ont saisi.

Rating: 5.0. From 1 vote.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*