Lutte contre les cyberattaques : une loi pour changer les choses ?

lutte contre les cyberattaques

Encore trop souvent négligée par les entreprises, la lutte contre les cyberattaques sera le cœur du travail de Florian Bachelier, député La République en Marche d’Ille et Vilaine (35) récemment nommé à la tête du groupe d’études sur la sécurité et la souveraineté numérique de l’Assemblée. Parmi ses objectifs, « favoriser la prise de conscience » sur la question de la cybersécurité.

La lutte contre les cyberattaques, vraiment fondamentale ?

Il y a quelques heures, dans une interview accordée à Ouest-France, Florian Bachelier est revenu sur le travail qui l’attend suite à sa nomination à la tête du groupe d’études sur la sécurité et la souveraineté numérique à l’Assemblée.

Il a ainsi rappelé que 4000 attaques ciblaient les entreprises européennes quotidiennement et qu’elles n’épargnaient « rien ni personne ». Aussi, la lutte contre les cyberattaques doit permettre de mieux protéger les données personnelles mais aussi les entreprises ou encore les infrastructures de défense.

Il a aussi mis en avant l’essor des objets connectés qui, d’ici 2020, seront « trois fois plus nombreux que la population mondiale ». Autrement dit, les cybermenaces seront plus présentes que jamais.

Par conséquent, selon Florian Bachelier, il est essentiel de sensibiliser le plus grand nombre quant à l’existence de ces risques. L’Etat pourrait d’ailleurs avoir un rôle à jouer puisqu’il est possible d’imaginer qu’une loi vienne encadrer la lutte contre les cyberattaques. Deux pistes pourraient être envisagées : une incitation à l’investissement dans la cybersécurité ou bien une obligation de mettre en place des outils pour mener la lutte contre les cyberattaques sous peine de sanctions.

Il est effectivement du devoir de l’Etat, selon le députe LREM, d’accompagner la mutation numérique des entreprises, surtout des PME qui ne disposent pas nécessairement des moyens pour se protéger efficacement.

Un combat français mais aussi européen

Si la France entend bien contribuer à améliorer la cybersécurité de ses acteurs économiques, le combat ne se joue pas qu’à l’échelon national.

Preuve en est, afin de mieux protéger les consommateurs européens, le Règlement Général sur la Protection de Données (RGPD) entrera en vigueur à la fin du mois de mai. L’objectif est clair et consiste à contraindre les entreprises collectant des données à veiller à leur confidentialité.

Aussi, comme l’admet Florian Bachelier, il va falloir « poursuivre le projet politique européen » et « renouer avec un fondement qu’est la coopération entre les Etats ».

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*