Whaling, pratique en pleine croissance !

De plus en plus d’utilisateurs ayant la possibilité d’accéder à des données sensibles sont victimes de whaling, une forme de phishing. En effet, les hauts dirigeants des entreprises sont de plus en plus nombreux à être confrontés à ce type d’attaques informatiques.

Le whaling, un format d’attaque de plus en plus utilisé par les hackers

Vous avez un poste à responsabilités dans le secteur de la finance ou de la banque, probablement avez-vous déjà reçu un mail de votre boss vous informant de la nécessité d’effectuer rapidement un virement vers un compte bancaire externe.

Seulement voilà, ces dernières semaines, la recrudescence du nombre de whaling doit inciter à la plus grande prudence au moment de réaliser ce type de virement car de nombreux pirates essaient de se faire passer pour des boss d’entreprise afin d’obtenir un virement vers leurs propres comptes.

Afin de ne pouvoir être démasqués, les hackers se « cachent » derrière des noms de domaine usurpés et proches de ceux qui sont généralement fréquentés par la personne attaquée afin de rendre le plus crédible possible le mail.

En effet, 70% des attaques faites sous ce format reposent sur une usurpation du nom de domaine et plus de 50% sont envoyées au nom du CEO d’une entreprise. Pour autant, de plus en plus émanent du Directeur Financier.

N’intégrant pas de lien hypertexte ou de fichier joint, les attaques de whaling, qui comptent uniquement sur l’ingénierie sociale pour induire en erreur les victimes, sont en nette augmentation puisque 55% des grandes entreprises américaines, britanniques, australiennes et sud-africaines déclarent avoir vu le nombre d’attaques de type whaling s’accroître.

L’information comme meilleur moyen de lutte ?

Parce que le whaling est très difficilement détectable, informer les membres des entreprises susceptibles d’être des cibles de ce type d’attaques semble primordial.

Il peut aussi être intéressant de réaliser des tests qui auront vocation à comprendre la réaction des employés face à différentes situations.

Toujours dans le but de lutter contre le whaling, pourquoi ne pas apposer des « marques » venant de l’extérieur.

Dans tous les cas, il s’agira d’endiguer la tendance à la hausse et ce quels que soient les moyens choisis.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*