Judy ou quand la fraude au clic se trouve une place sur Google Play

fraude au clic

Alors qu’il est fréquent que des chercheurs en sécurité informatique découvrent des applications malveillantes dans Google Play, voilà que des membres des équipes de Check Point ont découvert un malware permettant de mettre en place de la fraude au clic. Un éditeur de jeux sud-coréen pourrait être derrière cette vaste arnaque.

Un malware spécialisé en fraude au clic découvert sur le Google Play

Alors que la cyberattaque provoquée par Wannacry est encore dans toutes les têtes, les équipes de la société israélienne Check Point ont une nouvelle fois fait une étonnante découverte. Et c’est encore le catalogue Google Play qui en fait les frais !

Fort heureusement, cette fois ci, le malware découvert et baptisé « Judy » est relativement inoffensif. En effet, son objectif n’est ni de voler les données de l’utilisateur, ni même de bloquer certains programmes.

Judy est en réalité un programme permettant de réaliser de la fraude au clic sur des publicités situées en arrière-plan. Or, avec plus de 40 applications infectées et entre 10 et 30 millions d’utilisateurs concernés par cette arnaque, ce malware a dû permettre de rapporter un petit jackpot à leurs auteurs.

Un éditeur de jeux sud-coréen soupçonné de se cacher derrière Judy

Si le malware Judy a probablement envahi des millions de terminaux Android dans le monde et donc rapporté beaucoup d’argent à ceux qui l’ont créé, ces derniers pourraient bien avoir été identifiés.

Eh oui, les équipes de Check Point ont observé que parmi les applications infectées, certaines l’étaient de très longue date et que la plupart d’entre elles était éditée par une seule et même société, l’entreprise coréenne Kinwini connue sur le Google Play sous le nom ENISTUDUI Corp.

Aussi, Kinwini pourrait-il avoir volontairement embarqué le malware Judy, du nom de l’héroïne de la majorité des jeux infectés, dans ses applications afin de mettre en œuvre une grande fraude au clic ? Le doute est permis…

No votes yet.
Please wait...

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Facebook : le partage de données avec les constructeurs mobiles choque

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*