L’Internet des Objets : opportunités pour l’UE

L'Internet des Objets

Alors que l’Europe a souvent pris le train en marche dans le secteur de la high-tech, elle se doit d’être beaucoup plus présente à l’heure où l’Internet des Objets va révolutionner nos sociétés. L’enjeu est effectivement important puisque ce sont plus de 1 000 milliards d’euros que devraient se partager les entreprises ayant réussi à s’imposer sur ce nouveau marché !

L’Internet des Objets, une véritable révolution à venir !

Si Internet a permis de connecter les humains, l’Internet des Objets devrait permettre de connecter les machines et cela n’est pas rien puisqu’il va s’agir là d’une véritable révolution dans nos sociétés pourtant modernes.

Selon ATKearney qui a dévoilé il y a quelques heures une nouvelle édition de son étude annuelle sur le numérique, l’Internet des Objets aurait un potentiel économique estimé à 1 000 milliards de dollars d’ici 2025 en Europe et pourrait donc représenter 7% du PIB de l’Union Européenne.

Les entreprises européennes doivent donc se préparer à l’explosion de ce marché et veiller à ne pas être dépassées trop rapidement par les firmes américaines et asiatiques qui ont pris les devants sur la fourniture des équipements informatiques, des terminaux mobiles ou autres mais aussi des logiciels.

Les objets connectés, un futur moteur pour l’économie européenne ?

ATKearney annonce que ce sont 26 milliards d’objets connectés qui pourraient être en service en 2025. Aussi, les entreprises spécialisées dans le développement des solutions d’Internet des objets mais aussi dans les composantes électroniques devraient avoir des marchés à récupérer. Et c’est dans cette capacité à s’intégrer pleinement dans le secteur de l’Internet des objets  qu’une entreprise pourra sans nul doute gagner en compétitivité puisque pour 1€ investi dans les solutions, on récupèrerait 12€ répartis entre gain de pouvoir d’achat, augmentation de la productivité et économie de temps.

Pour ATKearney, l’UE a tout pour réussir grâce à une belle implantation dans les secteurs (aéronautique, télécommunications, industrie, sécurité-défense, finance-assurance, automobile, utilités) qui pourraient servir de moteur à l’Internet des Objets.

De plus, l’UE semble disposer de grandes entreprises expertes dans leur secteur et capables d’insuffler une réelle dynamique : Infineon ou STMicroelectronics dans les semi-conducteurs, Nokia ou Ericsson dans les télécommunications, Capgemini dans les services numériques, etc…

Bien évidemment, le secteur privé devra être soutenu par les pouvoirs publics pour réussir dans leurs projets. L’Union Européenne et les différents Etats devront effectivement tout mettre en œuvre pour qu’un cadre réglementaire facilite le travail des entreprises et empêche la valeur ajoutée créée de fuir au-delà des frontières de l’Europe.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*