Et si Genève devenait la nouvelle capitale mondiale de la cybersécurité ?

capitale mondiale de la cybersécurité

Alors qu’en matière de sécurité informatique, Israël apparait depuis de longues années comme un leader, une nouvelle capitale mondiale de la cybersécurité pourrait faire son apparition sur la carte. Il s’agit de Genève, un choix qui semble évident pour Brad Smith, Président et Avocat du géant Microsoft.

Vers une « convention de Genève du numérique » ?

Quelques mois après avoir appelé à la mise en place d’une « convention de Genève du numérique » basée sur le modèle des célèbres « Conventions de Genève » signées par 196 pays en 1949, Brad Smith a profité de son passage dans la cité de Calvin pour réitérer son appel.

Il faut dire que, selon lui, Genève est la ville idéale pour l’octroi du statut de « capitale mondiale de la cybersécurité ». En effet, outre le lien avec l’Histoire évoqué précédemment, l’homme fort de Microsoft assure que la présence des sièges de plusieurs organisations internationales et le fait que de nombreuses rencontres politiques y soient organisées sont de véritables atouts.

Par conséquent, c’est bien à Genève que pourrait aussi être implantée une institution ayant vocation à conduire les enquêtes quant aux cyberattaques frappant les quatre coins de la planète.

Microsoft à la recherche d’une capitale mondiale de la cybersécurité

Si le choix de Genève comme future capitale mondiale de la cybersécurité peut paraître cohérent, beaucoup doivent se demander pourquoi Microsoft semble porter seul un projet qui devrait concerner tout le monde.

Brad Smith a expliqué que le géant américain avait pris cette initiative car « le cyberespace est devenu le nouveau champ de bataille mondial ». Or, dans l’univers technologique, les entreprises spécialisées sont le « médecin du XXIème siècle ». Par conséquent, ce projet est une main tendue aux gouvernements qui doivent prendre conscience du fait que les entreprises high-tech doivent pouvoir agir sans obstacle pour apporter des réponses efficaces.

Il assure d’ailleurs que Google, Facebook ou encore Apple soutiennent le projet porté par Microsoft. Pour tous donc, la signature d’une convention de Genève du numérique, faute d’empêcher les cyberattaques, fixerait un cadre solide en matière de cybersécurité.

Pour l’heure, des lois internationales existent mais elles ne sont plus suffisantes selon Brad Smith.

Reste maintenant à voir si tous les acteurs seront partants pour suivre Microsoft sur ce projet plutôt ambitieux !

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*