INFORMANEWS

La France touchée par une vraie pénurie de formateurs en cybersécurité

Depuis 2011, l’Université de Montpellier organise une formation baptisée « Cybercriminalité : droit, sécurité de l’information et investigation numérique légale ». Visant à fournir des connaissances complémentaires à des magistrats et des experts, cette formation rencontre un franc succès. Seulement voilà, son responsable, Adel Jomni, déplore une réelle pénurie de formateurs en cybersécurité.

Une formation pluridisciplinaire essentielle

Voilà maintenant 7 ans, l’Université de Montpellier ouvrait une formation inédite en France. En effet, si certaines écoles d’ingénieurs proposent des spécialisations en cybersécurité, l’objectif de la formation proposée dans l’Hérault n’a rien à voir avec cela.

En effet, elle ne vise pas les ingénieurs ou les experts en informatique mais plutôt les magistrats, les experts judiciaires, les forces de l’ordre ou encore certains acteurs économiques. Il faut dire qu’elle est une formation transversale qui s’intéresse aux dimensions administratives, techniques mais aussi juridiques de la cybercriminalité.

Autrement dit, malgré le manque de formateurs en cybersécurité en France, cette formation vise à apporter une expertise supplémentaire sur les questions de cybercriminalité. L’importance de celle-ci est d’ailleurs attestée par les parrainages de l’Ecole Nationale de la Magistrature et de l’Ecole des Officiers de la Police Nationale.

Eh oui, comme l’admet Adel Jomni dans un article consacré à cette formation sur le site de La Tribune, « pour maîtriser un procès, les magistrats doivent comprendre l’évolution des modes opératoires ».

Le manque de formateurs en cybersécurité , un constat complexe à faire évoluer

Si le caractère indispensable des formations en cybersécurité n’est plus à prouver en 2018, Adel Jomni tient à attirer l’attention sur le cruel manque de formateurs en cybersécurité.

En effet, les emplois dans le secteur peinent déjà à être pourvus alors même qu’ils devraient se multiplier afin de pouvoir faire face au boom des objets connectés.

Aussi, ceux de formateurs en cybersécurité n’attirent pas davantage les foules et le constat devrait perdurer dans les prochaines années ce qui est réellement problématique. Peut-on imaginer que la France, comme plusieurs de ses voisins européens, laisse passer le train alors même que tout le monde est unanime pour dire que les attaques informatiques vont se multiplier ?

Une chose est sûre, sans formateurs en cybersécurité, difficile de voir comment de nouveaux experts peuvent débarquer sur le marché…

Rating: 5.0. From 1 vote.