Le FBI va cracker de nombreux terminaux iOS et Android

terminaux

Quelques jours seulement après avoir réussi à casser le chiffrement de l’iPhone 5C de l’un des terroristes des attentats de San Bernardino, le FBI devrait renouveler cette performance pour accéder au contenu de nombreux terminaux inclus dans des dossiers d’enquête en cours.

Quand le FBI se donne les moyens de résoudre de nombreuses enquêtes

La bataille juridique entre les autorités américaines et Apple qui s’est finalement soldée par une non-affaire a en tout cas eu le mérite de considérablement aider le FBI.

En effet, la découverte d’une solution de déchiffrement du protocole de sécurité du célèbre smartphone de la marque à la pomme – sans le concours de cette dernière rappelons-le – devrait véritablement simplifier les enquêtes à venir pour les autorités US.

D’ailleurs, le FBI a d’ores et déjà annoncé que les déchiffrements de terminaux mobiles allaient se multiplier dans les prochains jours en utilisant la technique qui a fonctionné pour accéder au contenu du terroriste de San Bernardino.

Si on en croit l’Union des Libertés Civiles Américaines (AMCLU), 63 demandes de déblocage de terminaux mobiles seraient actuellement en cours et ce dans 22 Etats différents. Toutes pourraient donc trouver une réponse favorable dans les prochaines semaines et ce quel que soit le type d’affaire puisque certaines ne relèvent pas du FBI mais plutôt de départements spécialisés dans certains secteurs.

Aucune information sur la technique de déchiffrage des terminaux n’a filtré

Depuis l’annonce publique du déchiffrement du contenu de l’iPhone du terroriste de San Bernardino, nombreux sont ceux qui aimeraient connaître la technique utilisée par les autorités américaines. Pour l’heure, rien n’a toutefois filtré et le FBI met tout en œuvre pour garder secrète son action.

Il faut dire que le FBI dispose là d’un véritable outil de pression face à Apple, Google et plus globalement tous ceux qui sont à l’origine de solutions de chiffrement.

Reste maintenant à voir si certains acteurs du secteur high-tech pourraient riposter afin de contrer la technique développée par les autorités US.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*