Etude Avast : 40% d attaques sur mobiles en plus en 2017

attaques sur mobiles

Bien que les hackers s’intéressent encore et toujours aux ordinateurs, ils ciblent aussi de plus en plus souvent les smartphones puisque ces derniers incluent de nombreuses données sur les utilisateurs. Selon une étude d’Avast, les attaques sur mobiles sont ainsi en augmentation de 40% par rapport à l’année précédente. Inquiétant…

1,7 million d attaques sur mobiles chaque mois

Le 11 septembre dernier, à l’occasion du Mobile World Congress Americas, Avast ne s’est pas contenté d’annoncer l’intégration de l’analyse comportementale d’AVG à ses antivirus.

En effet, l’entreprise tchèque a profité de l’évènement pour dévoiler les résultats de sa dernière étude. Celle-ci montre une nette augmentation des attaques sur mobiles entre avril et juin 2017 par rapport à la même période l’année passée. Leur nombre serait effectivement passé de 1,2 million à 1,7 million douze mois plus tard soit une hausse de 40%.

Dans la majorité des cas, les attaques sur mobiles ont vocation à dérober des données plus ou moins confidentielles que les utilisateurs de smartphones ont dans leur téléphone.

Des attaques diverses et variées contre les smartphones

Afin de dérober les données personnelles des utilisateurs de smartphones et même parfois les coordonnées bancaires, les hackers ont recours à diverses formes d attaques sur mobiles.

La plus fréquente est assurément celle du rooter (22,8%) qui consiste à infecter un smartphone avec un logiciel dont la mission est de voler les paramètres root afin d’utiliser ensuite ces derniers pour voler des données.

Elle est talonnée de près par la méthode du downloader (22,76%) qui consiste à duper les utilisateurs en leur faisant télécharger une application infectée. Dans certains cas, ces malwares prévoient aussi d’afficher des publicités intempestives sur l’écran du smartphone permettant aux hackers d’empocher d’importants revenus publicitaires.

Il arrive aussi que de fausses applications soient téléchargées directement depuis le Google Play ou l’AppStore. Toutefois, ce type d’attaques sur mobiles est bien moins fréquent étant donné que les catalogues d’applications veillent à éliminer ces « fakes » dès qu’ils les détectent.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*