Si l’essor de l Intelligence Artificielle se faisait au détriment de la sécurité?

intelligence artificielle

Alors que tout semble indiquer que 2018 sera une année de grand développement pour l Intelligence Artificielle à travers le monde, la Cnil a remis aux parlementaires un rapport à ce sujet. Celui-ci omet néanmoins totalement le volet sécuritaire et laisse craindre l’existence d’un important vide juridique autour de l’Intelligence Artificielle.

La sécurité des outils à base d Intelligence Artificielle, aussi importante que l’éthique ?

Si de nombreuses théories s’intéressent à l’éthique quant à l’utilisation des outils basés sur l Intelligence Artificielle, force est de constater que celles relatives à la sécurité de ces mêmes outils sont en nombre réduit.

Pourtant, il y a matière à produire en particulier sur le plan juridique tant les textes sont peu nombreux et surtout non adaptés à l’essor de technologies telles que celles reposant sur l’IA.

Toutefois, en France, la loi Informatique et Libertés est claire et stipule qu’il est interdit à une machine « de pouvoir prendre des décisions pouvant avoir des conséquences cruciales sur les personnes ».

Autrement dit, les algorithmes utilisés pour les robots industriels ou pour les transports automatiques flirtent avec la légalité même si leur certification par des organismes professionnels leur assure une conformité avec la loi.

Autant dire qu’il va être essentiel de définir un cadre juridique précis pour la mise en place d’une certification des outils basés sur l’IA. Ce sont donc les pouvoirs publics qui vont avoir un véritable rôle à jouer pour bien sécuriser tous les nouveaux outils accompagnant le boom de l’Intelligence Artificielle.

Une certification complexe liée à un flagrant manque de connaissances

Même si l’Etat venait à mettre en place une certification pour les outils basés sur l’Intelligence Artificielle, difficile d’imaginer la forme qu’elle pourrait prendre tant les professionnels de l’IA manquent actuellement de connaissances sur les problématiques qui les accompagnent.

Il faut dire que ces outils sont à la base de problèmes nouveaux – et parfois non résolus – si bien que leur certification, préalable à leur mise en service, doit garantir qu’ils ne remettent pas en cause la sécurité des individus.

Toutes les IA méritent donc d’être scrutées de près même si toutes ne présentent pas nécessairement une menace de sécurité pour l’Homme. La mise en place d’une autorité dédiée à régler les litiges liés à des outils d’Intelligence Artificielle pourrait à terme s’avérer particulièrement efficace.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*