Un éditeur de jeux vidéo, FS Labs, tente de piéger les pirates

FS Labs

Alors que les pirates informatiques mettent à mal son business, l’éditeur de jeux vidéo FS Labs a décidé de contre-attaquer d’une manière quelque peu inattendue. En effet, il a embarqué dans un de ses jeux un cheval de Troie, un malware censé s’exécuter uniquement quand un numéro de série illégal est utilisé.

Intégrer volontairement un malware dans un jeu vidéo, l’idée saugrenue de FS Labs

Si certains éditeurs ont recours aux DRM de Denuvo pour protéger leurs jeux, d’autres semblent en avoir véritablement marre des actes commis par les pirates et sont prêts à tout, mais alors absolument tout, pour les mettre en échec.

En premier ligne de ces derniers, se trouve FS Labs, société ayant développé une extension permettant de simuler le vol d’un Airbus A320 dans Microsoft Flight Simulator. Afin de mettre à mal les pirates, cet éditeur n’a rien trouvé de mieux qu’intégrer un malware – en l’occurrence un cheval de Troie – dans le code de son jeu.

Ainsi, dès lors que l’extension est exécutée à partir d’un numéro de série illégal – un pirate a développé un générateur de numéros de série pour activer l’extension de FS Labs – le malware s’exécute et est capable de dérober des identifiants et mots de passe tels ceux stockés dans le navigateur Chrome.

Une initiative pas vraiment au goût des utilisateurs

Si FS Labs a embarqué un malware dans son extension pour Microsoft Flight Simulator afin de dérober aux pirates leurs mots de passe et de pouvoir accéder à un site secret s’apparentant à un véritable petit paradis des contrefacteurs, l’initiative n’a pas ravi les utilisateurs.

En effet, ce sont ces derniers qui ont découvert l’existence d’un cheval de Troie dans le logiciel. Certains n’ont ainsi pas pu profiter de leur extension, cette dernière étant bloquée par leur antivirus. D’autres n’ont guère apprécié que FS Labs extraie le malware présent sur leur machine à distance.

Si cette grogne apparaît comme légitime, l’éditeur ne regrette pas ses actes et assure avoir simplement mis au point un DRM différent de ceux présents sur le marché. Pas sûr toutefois que ce type de « DRM » ait un vrai avenir…

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*