Domaines malveillants : ils sont toujours plus nombreux !

domaines malveillants

Il y a quelques jours, Infoblox a dévoilé son traditionnel baromètre des menaces DNS et force est de constater que les pirates sont loin d’avoir cessé leur activité au cours des derniers mois. La meilleure preuve de ce constat est le nombre de domaines malveillants qui a littéralement explosé au quatrième trimestre de l’année 2015.

Les domaines malveillants ont le vent en poupe

Depuis maintenant quelques années, Infoblox propose chaque trimestre un baromètre des menaces DNS qui mesure la création de domaines malveillants qui peuvent être de nouveaux domaines ou bien des domaines existants ayant fait l’objet de piratage.

Prenant la forme d’un indice base 100, ce baromètre a jusque-là été marqué par des trimestres où les menaces étaient très élevées suivis de trimestres où les menaces étaient quasi-absentes. Mais en 2015, la donne semble avoir changé.

En effet, au quatrième trimestre 2015, le baromètre a atteint une valeur de 128, toute proche du record (133) atteint six mois plus tôt. La véritable tendance est toutefois la hausse continue des menaces, trimestre après trimestre.

Si le nombre de domaines malveillants n’a augmenté que de 5% par rapport au troisième trimestre 2015, il a en revanche bondi de près de 50% par rapport au quatrième trimestre 2014. Cela tend à prouver que les pirates opèrent désormais en continu alors qu’auparavant ils cherchaient à réaliser des « coups ».

L’Allemagne et les Etats-Unis hébergent la majorité des systèmes infectés

Au quatrième trimestre 2015, deux pays ont très largement hébergé les systèmes infectés. 72% d’entre eux l’ont effectivement été aux Etats-Unis alors que 20% l’ont été en Allemagne, aucun autre pays ne franchissant la barre des 2%.

Toutefois, cela ne veut pas dire que les pirates informatiques se situent dans des pays puisqu’il faut différencier le pays de développement des malwares, de leur vente, de leur utilisation et de l’hébergement attaqué.

En effet, bien que les Etats-Unis et l’Allemagne hébergent la majorité des domaines malveillants, c’est toutefois plutôt du côté de l’Europe de l’Est, de l’Afrique mais aussi de l’Asie du Sud-Est qu’il faut rechercher les hackers.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*