16 millions de documents médicaux en libre accès sur le web

documents médicaux

Pas plus tard qu’hier, deux grands médias — le site Internet ProPublica et la chaîne de télévision publique allemande BR — ont révélé que plus de 16 millions de documents médicaux ont été accessibles sur Internet. Une affaire qui montre encore qu’il existe de vraies négligences avec le traitement de certaines données pouvant être classées comme « sensibles ».

Les documents médicaux liés à des millions de patients accessibles sur Internet

C’est hier que ProPublica et la chaîne BR ont choisi de révéler les résultats d’une importante enquête menée depuis de longs mois.

Selon ces deux médias, 16 millions de documents médicaux auraient été accessibles sur le web sans la moindre protection au cours des derniers mois, une information que les autorités allemandes n’ont pas tardé à confirmer.

Aussi, s’il avait fallu une cyberattaque pour que des pirates aient accès aux données de nombreux patients à Singapour il y a un peu plus d’un an, cette dernière n’était même pas nécessaire cette fois.

En effet, les documents médicaux — parmi lesquels se trouvaient des images de radiologie et de mammographie ainsi que des clichés de scanner ou IRM — étaient disponibles sur la Toile sans qu’aucun mot de passe ou chiffrement n’empêche d’y accéder.

Ces documents médicaux étaient également riches en données susceptibles d’intéresser les cybercriminels puisqu’ils contenaient nom, prénom, date de naissance, numéro de sécurité sociale du patient en complément de nombreuses données d’ordre médical.

Aucun mobile criminel identifié par les autorités

L’Office allemand de Sécurité Informatique (BSI) a indiqué que 13 000 patients allemands étaient concernés par cette affaire et qu’une enquête était en cours.

Toutefois, tout semble indiquer que « les données ont été copiées sans motif criminel ».

Autrement dit, il pourrait s’agir de simples négligences quant au stockage retenu pour héberger de telles données. Selon l’enquête, 187 serveurs américains et 5 serveurs allemands ne disposaient pas de sécurité. Mais de telles lacunes ne viseraient pas que ces deux pays étant donné que des failles similaires auraient été observées dans plus de 50 pays ce qui ne peut que susciter de l’inquiétude.

À titre d’information, il faut savoir que les dossiers médicaux concernés par cette affaire ne sont aujourd’hui plus accessibles librement sur le web.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.