Cybersécurité : un secteur d’activité qui ne séduit pas les femmes

cybersécurité

À l’heure où tous les professionnels de la cybersécurité déplorent une réelle pénurie de compétences, le cabinet Arlington Research a conduit une étude mondiale sur la perception de ce secteur d’activité par les femmes. Eh bien, force est de constater qu’il y a encore du travail pour que la sécurité informatique attire la gent féminine.

Les métiers de la cybersécurité n’attirent pas les femmes

Parce que le secteur de la cybersécurité devrait largement recruter dans les années à venir et parce qu’il n’y a, à ce jour, que peu de personnes formées pour occuper ces postes, les entreprises scrutent en continu le marché.

Si certaines sociétés ont choisi de former elles-mêmes leurs futurs collaborateurs, d’autres s’intéressent de près aux filières étudiantes spécialisées et constatent que les femmes ne sont pas au rendez-vous.

C’est dans ce cadre que Kaspersky Lab a commandé une étude au cabinet Arlington Research quant à la perception qu’ont les lycéennes et étudiantes des emplois dans le domaine de la cybersécurité. Les résultats sont sans équivoques :

  • Plus de 30 % des lycéennes et étudiantes ont la sensation que les professionnels de la cybersécurité sont des geeks
  • 78 % d’entre elles avouent n’avoir jamais songé à faire carrière dans ce secteur d’activité tant le milieu semble masculin
  • 11 % avouent pouvoir être intéressées par un poste dans une entreprise spécialisée dans la sécurité informatique

Les professionnels de la sécurité informatique ont donc encore des efforts de communication à faire s’ils espèrent convaincre les femmes de les rejoindre…

Faire saisir les enjeux de la cybersécurité, la clé ?

Afin de susciter des vocations, le secteur de la cybersécurité doit probablement apprendre à mieux se « vendre ». Pour ce faire, Janice Richardson, consultante chez European Schoolnet, a quelques idées comme nous en informe Le Monde Informatique.

Selon elle, il est avant tout essentiel que les lycéennes et étudiantes comprennent le sens mais surtout les enjeux qui accompagnent la sécurité informatique.

Aussi, si les hackathons doivent prendre davantage d’ampleur, elle pense que la sensibilisation à la cybersécurité doit débuter dès l’école primaire. La mise en place de défis numériques peut être une manière ludique d’aborder la sécurité informatique dès le plus jeune âge.

 

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*