Cybersécurité : la menace Huawei prise très au sérieux ?

Huawei

Quelques heures seulement après l’arrestation au Canada de Whanzhou Meng, directrice financière du groupe Huawei, l’Union Européenne dit devoir s’inquiéter de la menace que représente l’opérateur de télécommunications chinois. Rappelons effectivement que les Etats-Unis considèrent depuis de longs mois déjà qu’il est à la solde de Pékin.

L’Union Européenne commence à s’inquiéter de la menace Huawei

Si les Etats-Unis ont pris position contre l’opérateur Huawei depuis fort longtemps, l’Union Européenne s’était jusque-là peu exprimée sur le sujet.

En fin de semaine passée, le vice-Président de la Commission Européenne, Andrus Ansip, a profité d’une conférence de presse pour nous donner la position de l’Europe. Pour lui, il existe bien un réel risque sécuritaire avec Huawei mais aussi avec d’autres entreprises chinoises.

Souvent « contraintes de coopérer avec les services de renseignements nationaux », ces sociétés ont l’obligation d’ouvrir leurs systèmes et de laisser, parfois, les services secrets y intégrer du matériel visant à mener des opérations d’espionnage (voir comment la Chine a essayé d’espionner les datacenters US).

Autrement dit, les équipements Huawei pourraient faire office de dispositifs d’espionnage de premier plan pour le gouvernement de Pékin.

Huawei plus que jamais dans le collimateur des Etats-Unis

Depuis quelques jours, rien ne va plus pour l’opérateur de télécommunications chinois. L’arrestation de sa directrice financière – qui n’est autre que la fille du fondateur de l’entreprise – au Canada, à la demande des Etats-Unis a fait beaucoup parler.

En effet, une telle procédure suivie d’une probable extradition vers les Etats-Unis est généralement réservée aux barons du trafic de drogue ou d’armes. Cette fois, les Etats-Unis y ont eu recours après avoir constaté que Huawei contournait les sanctions américaines à l’encontre de l’Iran en exportant des équipements vers ce pays sous le nom de l’une de ses filiales, Skycom Tech.

Déjà considéré comme un agent espion de Pékin, Huawei est banni par la loi fédérale américaine puisque cette dernière interdit aux membres des administrations et de l’armée d’utiliser les équipements de cet opérateur.

Plusieurs pays alliés des Etats-Unis ont également suivi la même voie comme par exemple l’Australie, la Nouvelle Zélande ou tout récemment le Japon

No votes yet.
Please wait...

1 commentaire sur Cybersécurité : la menace Huawei prise très au sérieux ?

  1. Imaginez le contraire.La Chine qui avait arrêté un américain..Tout le tintouin du system quoi§

    No votes yet.
    Please wait...

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cybersécurité : la menace Huawei prise très au sérieux ? | Raimanet

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*