Cybersécurité : les gamers pour compenser la pénurie de talents ?

gzmers

Alors que le secteur de la cybersécurité est confronté à une véritable pénurie de talents, l’éditeur de logiciels antivirus McAfee a conduit une étude auprès des professionnels de la sécurité informatique afin de voir comment la colmater. Beaucoup jugent que c’est du côté des gamers qu’il est possible de dénicher de réels talents.

Les compétences des gamers intéressent les professionnels de la sécurité informatique

Cela peut prêter à sourire mais ceux qui aujourd’hui s’affrontent manette en main lors des compétitions nationales et internationales d’e-sport sont peut-être ceux qui occuperont dans le futur des emplois dans le secteur de la cybersécurité.

Après avoir interrogé près de 1000 personnes dans le cadre de son étude, McAfee arrive à un résultat sans équivoque : 92% des responsables et des experts en sécurité informatique jugent que « le jeu vidéo forge une expérience et des compétences très sérieuses pour la chasse aux menaces cyber ».

Pour justifier cela, les experts en cybersécurité se basent sur la grande compétitivité des gamers lors des tournois d’e-sport. En effet, ces derniers sont capables de faire preuve de logique, de persévérance et d’un sens tactique aiguisé pour battre leur adversaire. Autant de qualités qui paraissent indispensables pour détecter des malwares et plus généralement des cybermenaces.

Embaucher un gamer sans référence, pas vraiment un problème !

Dans son étude, McAfee a également demandé aux spécialistes de la cybersécurité s’ils seraient prêts à embaucher des gamers et 75% répondent par la positive, précisant même que l’absence de références n’est pas nécessairement un problème.

Cette position des experts de ce secteur s’explique très simplement par le fait que la large majorité d’entre eux juge qu’il est indispensable de recruter des talents capables d’avoir un regard neuf sur les cybermenaces.

Reste toutefois à voir comment accompagner les gamers vers les métiers de la sécurité informatique. A priori, certains professionnels auraient déjà de petites idées et pensent donc que la gamification de la chasse aux virus est un passage obligé. L’idée n’est d’ailleurs pas dénuée de sens à l’heure où hackathons et programmes de bug bounty ont la cote.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*