Cybersécurité et entreprises du Fortune 500, ce n’est pas encore ça !

entreprises du fortune 500

Il y a quelques heures, le courtier américain en sécurité d’accès cloud Bitglass a dévoilé les résultats de son étude baptisée « The Cloudfathers : An Analysis of Cybersecurity in the Fortune 500 » et relative au rapport des entreprises du Fortune 500 avec la cybersécurité. Ils sont riches en enseignements et prouvent qu’il y a encore de gros efforts à réaliser.

Les entreprises du Fortune 500  négligentes sur leur cybersécurité

Pour conduire son étude, Bitglass s’est principalement appuyé sur les données qu’il a pu collecter sur les sites web des différentes entreprises du Fortune 500.

Ainsi, 77 % de ces sociétés ne fournissent pas la moindre indication quant à l’identité de la personne chargée d’assurer la sécurité informatique. Il faut dire que dans 38 % d’entre elles, il n’y a pas de Responsable Sécurité des Systèmes d’Information (RSSI). Pire, dans 22 % des cas, pas même un dirigeant a été désigné pour prendre en charge les problématiques en lien avec la cybersécurité.

Dans la même lignée, plus de la moitié des entreprises du Fortune 500 ne font pas figurer la moindre information sur la protection des données des clients et des partenaires sur leurs sites web, à l’exception des mentions légales.

Ces données prouvent clairement que même si les fuites de données peuvent coûter cher à une entreprise, tout n’est pas mis en œuvre pour une protection optimale.

D’importantes disparités selon les secteurs d’activité

L’étude de Bitglass démontre aussi que des disparités importantes existent entre les entreprises du Fortune 500, selon le secteur d’activité où elles évoluent principalement.

Ainsi, dans l’industrie du transport, 57 % des sociétés affichent nommément leur responsable sécurité quand elles ne sont que 8 % à le faire dans le secteur de l’hôtellerie ou 9 % dans celui des télécommunications.

De même, si dans l’aérospatiale, 89 % des entreprises présentent leur politique de sécurité des données collectées auprès des clients — 72 % dans la finance et 66 % dans les nouvelles technologies, elles sont seulement 25 % à le faire dans le secteur de l’hôtellerie ou du bâtiment.

Rating: 1.0/5. From 1 vote.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.