Cybersécurité : les acteurs de l économie collaborative pas à la hauteur !

économie collaborative

Alors que les acteurs de l économie collaborative ont placé la donnée au cœur de leur métier, tout le monde s’attendait à ce que ces derniers soient intransigeants sur les questions liées à la sécurité des données. Il n’en est pourtant rien comme le prouvent les différentes sanctions qui les ont touchés. L’entrée en vigueur du RGPD en 2018 fait toutefois évoluer les choses…

Les acteurs de l économie collaborative pris à leur propre jeu

Si le boom de l économie collaborative a permis à de nombreuses start-ups de voir leur activité croître à vitesse grand V, beaucoup ont semble-t-il oublié l’essentiel en route.

En effet, parce que ce type d’entreprises entend proposer ces services le plus rapidement possible, elle omet quelquefois ce qui devrait être les bases du métier. Quitte à prendre des risques, beaucoup d’acteurs de l économie collaborative ont ainsi négligé la cybersécurité.

Ceci explique différents scandales de fuite des données qui ont émaillé les derniers mois. Leur meilleure illustration est assurément le cas Uber, la société spécialisée dans le VTC ayant été victime d’une importante cyberattaque en 2016 qui a permis à des hackers de dérober les données personnelles de millions d’individus à travers la planète.

D’ailleurs, l’insuffisance des mesures mises en œuvre pour protéger les données des clients, mise en lumière par l’enquête consécutive au piratage d’Uber, a entraîné différentes sanctions pour la firme californienne. Entre autres, différentes amendes lui ont été infligées et même si leurs montants restent « faibles » (de 100 000 à 600 000€), leur multiplication coûte cher à Uber.

Le RGPD a changé la donne

Si les entreprises de l économie collaborative ont longtemps négligé la cybersécurité, cela n’est plus possible aujourd’hui car un mouvement réglementaire mondial a changé la donne.

Constatant que certains « jouaient » avec les données personnelles, l’Union Européenne a mis en place le RGPD qui définit un cadre juridique précis pour la gestion des données. Les Etats-Unis réfléchissent aussi à une nouvelle réglementation pour contraindre les spécialistes du e-commerce à mieux sécuriser les données collectées auprès de leur clientèle.

Cette mise en place de réglementations combinée à des mesures sanctionnant les contrevenants devrait inviter de nombreux acteurs du web à revoir leur manière d’agir avec les données. Et c’est tant mieux !

Source : Les Echos

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*