Cyberattaque : un coût qui doit en faire réfléchir plus d’un

cyberattaque

Il y a environ un mois, NTT Com Security dévoilait les résultats d’une étude baptisée Risk : Value 2016. Dans celle-ci, on peut découvrir le coût moyen d’une cyberattaque et, avouons-le, à la vue des chiffres, nous avons du mal à comprendre que certaines entreprises rechignent encore à améliorer leur sécurité…

Cyberattaque, combien ça coûte ?

Dans son étude Risk : Value 2016, l’expert en sécurité NTT Com Security aborde un sujet rarement traité à savoir le coût d’une cyberattaque. En effet, si l’on évoque souvent les attaques informatiques, rarement l’on s’intéresse au coût qu’elles font peser aux entreprises attaquées.

Aussi, on apprend que le coût moyen d’une cyberattaque en 2015 est de 772 942€, suffisant donc pour ruiner de nombreuses PME. Et il ne s’agit là que d’un coût financier qui n’intègre pas l’atteinte à l’image de marque capitale dans certains secteurs d’activité.

Le coût d’une cyberattaque se décompose ainsi :

  • 19% en frais juridiques
  • 18% en compensation offerte aux clients
  • 15% en ressources de tiers
  • 15% en amende ou coût de mise aux normes
  • Le reste se compose des compensations offertes aux fournisseurs et des relations publiques visant à réduire l’impact en terme d’image de la cyberattaque

En moyenne, selon cette même étude, une entreprise mettrait 9 semaines à se relever d’une attaque informatique importante.

La menace de cyberattaque pas suffisamment prise en compte

Alors que le risque de cyberattaque n’a jamais été aussi important, seulement 65% des patrons d’entreprises européennes ou américaines estiment que ce type de menace est sérieux. Et 18% pensent que la principale cause d’une telle menace est une mauvaise sécurité de leur réseau informatique.

En France, ce type de pratiques est bien moins pris au sérieux qu’aux Etats-Unis par exemple. La preuve, seulement 32% des patrons français sont conscients que la perte d’un smartphone (40% pour un vol d’ordinateur) peut avoir de graves conséquences et ce bien que seulement que près de 50% des chefs d’entreprises soient conscients que leurs données, même les plus critiques, sont mal sécurisées.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*