Le cryptojacking a la cote chez les cybercriminels en 2018

cryptojacking

Alors que les infections par des malwares sont toujours plus nombreuses, une étude réalisée par McAfee montre combien le cryptojacking séduit les cybercriminels en 2018. En effet, ce dernier rencontre un franc succès depuis le début de cette année, preuve que ce type d’infections doit être plus que rentable.

Le cryptojacking très présent au premier semestre 2018

Comme il en a l’habitude très régulièrement, l’éditeur de solutions de sécurité informatique McAfee a dévoilé les résultats d’un rapport relatif aux cybermenaces.

Ceux-ci mettent clairement en évidence la prééminence du cryptojacking depuis le début de l’année 2018. Selon McAfee, ce type d’infections aurait effectivement bondi de 629% par rapport à l’année précédente.

Très simple à mettre en place pour des cybercriminels, le cryptojacking consiste en la distribution de malwares qui, une fois installés sur un ordinateur, vont miner de la cryptomonnaie à l’insu du propriétaire de la machine.

Lors du seul premier trimestre 2018, ce sont près de 3 millions d’injections de ce type qui ont observés contre seulement 400 000 lors du précédent trimestre.

Pour les cybercriminels, le cryptojacking apparait donc comme particulièrement rentable. Il faut dire que le minage de cryptomonnaie leur garantit de créer de la monnaie virtuelle en utilisant la puissance de calcul des ordinateurs infectés.

Plus généralement, selon McAfee, les cybercriminels seraient prêts à tout pour voler de la monnaie virtuelle et en particulier des bitcoins. Il y a quelques mois, le célèbre groupe de hackers connu sous le nom de Lazarus a ainsi conduit des attaques extrêmement sophistiquées et nécessitant de puissants logiciels d’hameçonnage. Son objectif : voler de l’argent à de grandes institutions financières et aux utilisateurs de monnaies virtuelles.

Les monnaies virtuelles visées mais pas que…

Dans les résultats de son étude, McAfee précise bien que le cryptojacking n’est pas la seule menace actuelle.

En effet, certains secteurs d’activité attirent tout particulièrement les hackers les plus talentueux. Il suffit d’ailleurs de constater la hausse du nombre d’attaques informatiques dans le secteur de la santé (+49%), de l’éduction (+40%) et de la finance (+39%).

Le plus souvent, les cybercriminels ont recours aux ransomwares pour conduire leurs actions.

 

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*