Quand le coût d une violation de données explose !

coût d une violation de données

Très régulièrement, des études s’intéressent au véritable coût d une violation de données. Tout récemment, c’est ainsi IBM qui a publié les résultats de l’étude sur ce thème qu’elle avait commandée au Ponemon Institute. Force est de constater qu’une violation de données coûte de plus en plus cher aux victimes…

Violation de données : de mauvais signaux pour les entreprises

En s’intéressant à plus de 2200 professionnels de l’informatique, de la data et de la mise en conformité appartenant à quelques 477 entreprises victimes d’une violation de données réparties dans 15 pays du globe, l’étude du Ponemon Institute a pu collecter des données précises.

Ainsi, en 2018, le coût moyen mondial d’une violation de données est estimé à 3,86 millions de dollars par entreprise, soit une augmentation de 6,4% par rapport à l’année précédente. Toutefois, ce chiffre cache d’importantes disparités puisque l’étude révèle aussi que le coût d une violation de données aux Etats-Unis est de près de 8 millions de dollars par entreprise.

Afin d’établir le coût d une violation de données de la manière la plus précise possible, l’étude a veillé à prendre en compte les coûts de détection et d’enquête mais aussi tous les coûts dits « cachés » comme peuvent l’être l’atteinte à l’image ou la perte de clients consécutive à la révélation de la violation de données.

La baisse des coûts conditionnée par une identification plus rapide des violations

A l’heure actuelle, tous les experts déplorent les trop longs délais pour identifier des violations de données. En effet, 197 jours seraient nécessaires pour mener à bien cette mission alors qu’il faudrait prévoir 69 jours supplémentaires pour parvenir à la contenir après identification.

Naturellement, plus une violation de données est contenue rapidement, moins son coût est élevé pour l’entreprise victime.

Pour information, à l’échelle mondiale, 48% des violations sont dues à des attaques malveillantes, 27% sont liées à des erreurs humaines alors que les 25% proviennent de défaillances dans les systèmes informatiques.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*