Un cheval de Troie préinstallé sur de nombreux smartphones Android

cheval de troie dans smartphones

Un an après qu’une étude menée par Check Point ait montré que des malwares étaient intégrés à certains modèles de smartphones dès leur conception, voilà qu’un rapport de Doctor Web vient confirmer ces pratiques. Selon lui, de nombreux smartphones Android seraient commercialisés avec un cheval de Troie pré-installé.

Les smartphones low-cost visés par un cheval de Troie

Il y a environ une semaine, le site russe Doctor Web a fait des révélations choc en dévoilant une liste de smartphones Android dans lequel un cheval de Troie nommé Triada aurait été embarqué avant même la commercialisation.

Si les modèles de smartphones visés dans cette affaire sont principalement des terminaux low-cost développés par les fabricants Leaggo, Doggee, Haier ou encore Vertex, l’affaire fait grand bruit d’autant que ce cheval de Troie est très performant.

En effet, comme l’indique Clubic, Triada est un « malware qui s’attaque au processus Zygote, un système utilisé pour lancer les processus d’application ». Il est ainsi capable d’extraire de nombreuses données émanant des applications : liste des URL consultés, liste des SMS envoyés mais surtout coordonnées bancaires. Eh oui, dès lors que ces coordonnées ont été enregistrées dans une application de paiement, ce cheval de Troie est capable de les siphonner. Inquiétant !

Comment éliminer ce cheval de Troie de votre smartphone ?

Si vous avez acheté l’un des 40 modèles de smartphones embarquant ce malware d’origine (voir la liste ici), ne perdez pas un instant et faites le nécessaire pour vous débarrasser du cheval de Troie qu’il embarque.

Pour ce faire, il n’y a pas des milliers de possibilités et il va absolument falloir que vous changiez l’image du système d’exploitation de votre smartphone. Contacter le constructeur et demander une nouvelle image est donc la seule voie possible.

Le plus choquant dans cette affaire reste que les constructeurs ont commercialisé ces modèles en connaissance de cause étant donné qu’ils ont été avertis de l’existence de ce malware dans leurs terminaux. Son origine pourrait se trouver chez un éditeur de logiciels chinois mais rien n’a à ce jour été prouvé.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*