Le budget de l’UE dédié à la sécurité informatique augmente

sécurité informatique

Alors que le Parlement Européen travaillait sur son budget 2017, il a été décidé que l’Union Européenne allait allouer un budget plus important aux logiciels libres et à la sécurité informatique. Voilà une preuve que les dirigeants européens semblent avoir compris les enjeux majeurs à l’ère du numérique.

1,9 million d’euros supplémentaires en faveur de la sécurité informatique

Si nous répétons souvent que la sécurité informatique est négligée par les entreprises françaises, il n’en va pas de même pour l’Union Européenne.

Récemment victime d’une attaque DDoS qui a paralysé certains services, l’Union Européenne a décidé d’augmenter le budget qu’elle consacre au développement de logiciels libres et à la sécurité informatique.

Sous l’impulsion de l’élue néerlandaise Marietje Schaake, le Parlement Européen a ainsi alloué 1,9 million d’euros supplémentaires à la conduite de ces deux projets et ce dès 2017. Cela devrait se matérialiser par une extension du programme FOSSA. Autrement dit, sera organisé un Summer of Code au cours duquel des développeurs seront rémunérés pour améliorer les logiciels qu’utilisent actuellement les équipes administratives des différentes institutions européennes.

Mais en matière de sécurité informatique, une autre disposition a été entérinée.

Un programme de bug bounty financé par l’Union Européenne

Bien consciente que les réseaux qu’elle utilise au quotidien pour son activité contiennent des failles diverses et variées, le Parlement Européen a entériné la mise en place d’un programme de bug bounty.

Autant dire que l’Union Européenne offrira des primes à celles et ceux qui identifieront des failles et des bugs dans les logiciels utilisés par les instances européennes.

Cette décision, plutôt inédite dans le monde des administrations, a le mérité de prouver que les décideurs politiques sont prêts à décliner les procédures qui fonctionnent dans les grandes entreprises.

Pour le député européen Max Andersson, ce programme va « contribuer à soutenir les logiciels libres ». Il montre aussi que les institutions européennes s’engagent sur une voie où la sécurité informatique n’est pas qu’accessoire.

Reste à espérer que cela pourra inspirer des Etats de faire de même. Rien n’est moins sûr…

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*