Blackberry : une masterkey détenue par les autorités canadiennes

blackberry

Alors que l’affaire qui a opposé Apple au FBI a fait couler beaucoup d’encre, il semblerait qu’au Canada, une affaire similaire soit impossible entre le constructeur national, Blackberry, et les autorités locales. Ces dernières seraient d’ailleurs en possession d’une masterkey permettant de déchiffrer les messages échangés…

Les messages échangés sur Blackberry, consultables par la Gendarmerie Royale du Canada ?

Si Blackberry s’était fait connaître pour le haut niveau de sécurité de ses terminaux, voilà que l’image du constructeur canadien a été profondément écorné au cours des dernières heures.

En effet, le site Vice a dévoilé qu’une clé maître de chiffrement du système de messagerie Blackberry était en possession des autorités canadiennes et qu’elles avaient donc la possibilité d’intercepter et de déchiffrer l’ensemble des messages privés que s’échangent les utilisateurs.

Entre 2010 et 2012, la Gendarmerie Royale du Canada aurait ainsi consulté plus d’un million de messages privés.

Pour ceux qui se demandent quels utilisateurs sont concernés, il semblerait que la réponse puisse être « tous » étant donné que cette masterkey serait valable pour déchiffrer l’ensemble du système Blackberry, les clients professionnels étant peut-être la seule exception à condition que ces derniers aient pris le temps de définir une clé différente.

Blackberry aurait fourni la clé de déchiffrement aux autorités

S’il existe bien une différence fondamentale entre Apple et Blackberry, c’est que le constructeur canadien a toujours admis qu’il jouerait le jeu de la collaboration avec les autorités. Récemment, il s’était d’ailleurs désolidarisé de son concurrent Apple dans l’affaire qui le voyait refuser d’aider le FBI.

PDG de Blackberry, John Chen avait eu les mots suivants : « Le paysage s’assombrit quand des entreprises mettent leur réputation au-dessus de l’intérêt général. La vie privée et la sécurité sont au centre de ce que nous faisons. Toutefois, notre engagement en faveur de la vie privée ne s’étend pas aux délinquants. »

D’ailleurs, ceux qui se sont intéressés à la manière dont les autorités canadiennes auraient pu obtenir une masterkey pour les terminaux Blackberry ont obtenu une réponse très probable. Ce serait effectivement le constructeur canadien qui aurait lui-même fourni cette clé de déchiffrement afin d’apporter une assistance technique aux autorités.

Un geste qui, s’il s’avère vrai, pourrait bien le desservir !

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*