L’heure du premier bilan pour la plateforme dédiée à la cybermalveillance

cybermalveillance

A l’automne dernier, l’Etat lançait une plateforme dédiée à la cybermalveillance sur laquelle les particuliers comme les petites entreprises pouvaient venir signaler les problèmes dont ils ont été victimes afin de profiter de l’aide d’un expert. Ce site a donc aussi permis de collecter des données sur les menaces et ce sont ces dernières qui nous intéressent aujourd’hui.

Le net recul des ransomwares se vérifie

En environ 9 mois, la plateforme du gouvernement dédiée à la cybermalveillance a enregistre les données relatives à un peu plus de 14 000 utilisateurs. Autrement dit, un peu plus de 14 000 particuliers et petites entreprises ont eu recours à la plateforme pour indiquer les cybermenaces auxquelles ils ont été exposés.

Très majoritairement (plus de 80%), ce sont les particuliers qui ont été séduits par l’initiative et ces derniers ont surtout été victimes de ransomwares durant la fin de l’année 2017. Toutefois, la donne a changé en 2018 puisque si les rançongiciels pesaient 50% des menaces, ils ne représentent plus que 10% cette année.

Ceci s’explique assez aisément par le fait que les grandes campagnes de ransomwares (Wannacry ou encore Locky) ont été organisées en 2017.

L’ingénierie sociale au cœur de la cybermalveillance en 2018

Depuis le début de l’année 2018, les signalements concernent en premier lieu des campagnes de phishing. Très aisées à mettre en place et relativement efficaces, elles permettent de collecter de précieuses données sur les internautes.

Du côté des entreprises, ce sont davantage les intrusions sur serveur qui sont déplorées. Celles-ci ont là encore vocation à voler des données, et de préférence confidentielles.

Mais parce que ce site dédié à la cybermalveillance veut aussi évoluer en s’adaptant aux réalités du secteur, il est à l’écoute de ceux qui l’utilisent et des prestataires qui peuvent venir en aide aux internautes. Aussi, ces derniers ont signalé de nombreux actes de cybermalveillance en lien avec l’ingénierie sociale. Entre autres, ils ont indiqué avoir été confrontés à de nombreuses arnaques au support technique.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*