Bientôt des backdoor dans les messageries Facebook ?

backdoor

Il y a quelques jours, les gouvernements américain, australien et britannique ont effectué une demande commune à Facebook. Leur objectif était d’obtenir de la société américaine qu’elle intègre des backdoor à ses messageries instantanées. Chose que le géant américain a refusée…

Les messageries instantanées chiffrées dans le collimateur des gouvernements

À l’heure où le grand public souhaite qu’Internet reste un espace de libertés et où les messageries chiffrées se démocratisent, plusieurs gouvernements entendent contrecarrer ces tendances.

La lettre ouverte signée par Priti Patel (ministre britannique de l’Intérieur), Peter Dutton (ministre australien des Affaires Intérieures) et William Barr (ministre américain de la Justice) et adressée à Facebook va en ce sens.

En effet, le Royaume-Uni, l’Australie et les États-Unis estiment que le chiffrement des conversations va à l’encontre de la sécurité publique. Selon eux, il ralentit considérablement les enquêtes menées pour identifier les réseaux terroristes mais aussi les réseaux de pédopornographie.

Face à pareille situation, les gouvernements demandent donc à Facebook d’intégrer des backdoor à ses messageries instantanées. Ils pourront ainsi pouvoir accéder aux communications privées d’individus soupçonnés de faire partie de réseaux potentiellement dangereux.

Facebook dit non à l’intégration de backdoor dans ses messageries

Alors que la lettre ouverte des gouvernements australien, britannique et américain semble indiquer que les messageries chiffrées n’ont pas de raison d’être, Facebook a voulu leur répondre dans les meilleurs délais.

Ainsi, la société américaine a clairement affirmé qu’elle refusait d’intégrer des backdoor à ses messageries. Selon elle, les demandes formulées par les gouvernements mettraient en danger la vie privée mais aussi la sécurité des données des internautes ayant recours aux messageries instantanées chiffrées.

Avouons-le, les deux points de vue s’entendent et la position des gouvernements comme celle de Facebook peuvent se comprendre. Il n’empêche que les États disposent du pouvoir législatif pour pouvoir essayer de passer certaines idées en force. Peut-on donc imaginer une loi obligeant les créateurs de messagerie chiffrée à intégrer une backdoor pour les autorités ? À voir…

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.