Baltimore, ville américaine paralysée par un ransomware

Baltimore

Depuis maintenant plus de 3 semaines, la ville américaine de Baltimore fait face à une cyberattaque de grande ampleur. Un ransomware a infecté le système informatique municipal et ce sont plus de 10 000 ordinateurs qui ne fonctionnent plus, ce qui paralyse bien évidemment l’ensemble des services municipaux. Pour l’heure, le maire de la ville ne souhaite pas payer la rançon.

Quand un ransomware paralyse totalement une ville américaine

Ce pourrait être le scénario d’un film mais c’est bien la réalité. En effet, alors qu’un code informatique avait plongé dans le noir une ville ukrainienne à la fin de l’année 2017, voilà qu’un virus paralyse totalement Baltimore, une ville américaine peuplée de 600 000 habitants.

Depuis le 7 mai 2019, un ransomware a infecté les 10 000 ordinateurs des services municipaux et chiffré l’ensemble des documents qu’ils contenaient. Cette action a naturellement provoqué des problèmes en pagaille : plus de courriers électroniques, impossibilité de facturer la consommation d’eau, perturbations du système de vidéosurveillance, gel du marché immobilier, etc.

Pour assurer une gestion administrative minimale, la ville de Baltimore s’en est remise au système D. Aussi, les salariés ont été invités à utiliser leurs ordinateurs personnels pour travailler ou bien les quelques ordinateurs encore non infectés. Ces derniers ont d’ailleurs été déconnectés du réseau en amont.

La ville de Baltimore refuse de payer la rançon

Voilà maintenant 3 semaines que la ville de Baltimore est prise en otage par un ransomware baptisé RobbinHood. Propulsé par un outil ressemblant de près à ceux qu’utilise la NSA, il a chiffré le contenu de tous les documents de la ville.

Désormais, Baltimore peut se sortir de ce « cauchemar » en payant la rançon, la plupart des hackers jouant le jeu de décrypter les contenus lorsque l’argent est versé. Toutefois, la ville n’est pas prête à cela dans l’immédiat. Elle ne craint que le paiement de la rançon soit un mauvais message envoyé aux cybercriminels qui pourraient alors multiplier les attaques pour se faire de l’argent facilement…

Qui plus est, le montant de la rançon à verser est un réel frein étant donné que les hackers demandent 13 bitcoins (environ 140 000 dollars) pour mettre fin à la paralysie alors que 3 bitcoins (environ 32 000 dollars) peuvent suffire à déchiffrer et rendre disponible une partie des documents.

En attendant, une enquête est en cours pour identifier les cybercriminels derrière cette attaque informatique… et Baltimore pense déjà à la conception d’un nouveau système informatique.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*