Baccalauréat 2016 : une menace d’attaques informatiques ?

baccalauréat 2016

Alors que ce sont 700 000 étudiants qui passent actuellement leur baccalauréat 2016, beaucoup d’observateurs redoutent que le développement des solutions de hacking sur la Toile ne donne des idées à certains futurs bacheliers pour essayer d’améliorer leurs notes. Illégalement bien sûr !

Les étudiants mécontents s’en prennent de plus en plus souvent aux réseaux informatiques

Peu de personnes en sont conscientes mais on observe bel et bien au cours des dernières années une véritable augmentation du nombre d’attaques informatiques commanditées par des étudiants contre les sites des institutions scolaires ou des centres d’examen.

Aussi, certains candidats au baccalauréat 2016 pourraient être tentés de suivre leurs homologues dans d’autres pays de la planète :

  • Le mois dernier, un lycéen de 16 ans a piraté les réseaux informatiques de près de 450 écoles, lycées et universités sur l’archipel nippon
  • Un étudiant de 15 ans est parvenu à semer la panique sur la Toile et ce sont plus de 10 000 clients d’un FAI qui ont été attaqués en Australie
  • Des étudiants ont mené des attaques similaires dans plusieurs pays du globe tels Inde, Angleterre ou encore Etats-Unis

Un risque de propagation à la France pour le baccalauréat 2016  ?

Beaucoup d’observateurs estiment que ce phénomène en pleine expansion pourrait prochainement frapper la France et la période du baccalauréat 2016 semble arriver à point nommé.

En effet, de plus en plus de services de hacking sont disponibles sur Internet et il est tout à fait envisageable d’effectuer seul ou de commanditer une manipulation du processus d’enregistrement ou de saisie des notes.

Certains hackers proposent même, moyennant 1 Bitcoin (environ 610€), des attaques par déni de service contre les réseaux de leur choix ou bien des services tels que la modification de notes sur les serveurs concernés.

Autrement dit, certains lycéens pourraient bien être tentés de recourir à ces services pour s’assurer de l’obtention d’un diplôme qu’ils se sont montrés incapables d’avoir de manière légale.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*