Assistants vocaux (Alexa, Google Home, Siri) : Un laser suffit à les pirater

assistants vocaux

Il y a quelques jours, c’est une bien curieuse découverte qu’ont faite des chercheurs japonais et de l’Université du Michigan. Ils ont effectivement prouvé que les assistants vocaux (Alexa, Google Home ou encore Siri) pouvaient être piratés à distance par le biais de faisceaux lumineux et laser. Inquiétant, non ?

Les micros des assistants vocaux sensibles aux sons et à la lumière

On le répète souvent ici, les objets connectés sont une véritable menace pour notre sécurité. Eh bien, une nouvelle preuve en a été apportée en début de semaine.

Alors que des hackers n’avaient eu aucun mal à prendre le contrôle de la caméra d’une famille américaine il y a quelques mois, ils pourraient ne pas en avoir non plus pour pirater vos assistants vocaux.

En effet, que vous ayez chez vous Alexa, Google Home ou Siri, tous seraient vulnérables à un piratage réalisé avec un laser. Cela a de quoi faire sourire assurément mais c’est bien la vérité et ce sont des chercheurs japonais et des chercheurs de l’Université du Michigan qui ont mis en lumière cette technique.

Ils ont effectivement constaté qu’en codant une commande dans un faisceau laser pointé vers le micro d’un des assistants vocaux, celui-ci l’exécutait sans sourciller. Plusieurs tests ont été réalisés avec cette technique et les assistants vocaux ont systématiquement été dupés.

Sa mise en œuvre serait possible du fait que les micros intégrés aux assistants vocaux ont un diaphragme sensible au son ainsi qu’à la lumière. Autrement dit, un laser pourrait se substituer au son de la voix pour frapper le diaphragme et demander l’exécution d’une commande.

 

Amazon, Google et Apple sans réponse face à cette découverte ?

Conscients que leur découverte pouvait mettre dans l’embarras Amazon, Google et Apple, les chercheurs en sécurité informatique se sont empressés de signaler leurs trouvailles aux principaux concernés. Les constructeurs automobiles Ford et Tesla dont les voitures connectées utilisent ces assistants vocaux ont également été contactés.

Pour l’heure, personne n’a réellement réagi, tous se contentant d’indiquer qu’ils allaient s’intéresser de près aux conclusions des travaux conduits par les chercheurs. Pas sûr que cela suffise à solutionner le problème.

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.