Apple refuse de donner accès au contenu du smartphone du terroriste

Quelques jours seulement après que Jim Cooper ait annoncé sa volonté de rendre obligatoire l’existence d’une porte dérobée sur tous les smartphones, voilà que les autorités américaines comptent sur Apple pour accéder au contenu du téléphone d’un terroriste. Mais la marque à la pomme refuse…

Le FBI demande l’aide d’Apple pour accéder au contenu chiffré du téléphone d’un terroriste

Le 2 décembre dernier, Syed Rizwan Farook est l’un des deux terroristes à l’origine des attentats de San Bernardino, en Californie. Depuis l’enquête progresse mais aujourd’hui, le FBI se casse les dents sur l’iPhone 5 de cet homme.

La juge fédérale de Californie a donc invité Apple à fournir de l’aide au FBI pour accéder au contenu chiffré du smartphone. Cette dernière aimerait ainsi que les équipes de Tim Cook puissent fournir aux autorités un logiciel qui permettrait de contourner la fonction d’auto-effacement des données de tout appareil protégé par mot de passe.

En effet, tous les utilisateurs d’iPhone ont la possibilité d’activer la fonction d’auto-effacement des données qui permet, en cas de 10 saisies consécutives d’un mauvais mot de passe, de détruire les données présentes dans l’appareil. Voici ce que veulent absolument éviter les autorités.

apple

Apple refuse d’offrir une porte dérobée au FBI

Tim Cook a tenu à répondre aux demandes des autorités et c’est à l’ensemble des membres de la communauté Apple qu’il a décidé d’apporter ses explications.

En effet, selon lui, répondre par la positive aux autorités aurait « des implications qui vont bien au-delà de l’affaire judiciaire en cours ». Aussi, parce que les utilisateurs stockent un nombre incroyable de données dans leur appareil, Apple a la mission de protéger ses données par un système de sécurité fiable.

Par conséquent, fournir aux autorités un logiciel permettant d’installer une porte dérobée serait bien trop dangereux si on en croit la marque à la pomme. La possibilité que ce logiciel tombe entre de mauvaises mains existe et pourrait compromettre la sécurité de l’ensemble des utilisateurs d’iPhones.

Si la loi All Writs Act pourrait aider les autorités à faire infléchir la position d’Apple, l’entreprise américaine a d’ores et déjà reçu le soutien de l’Electronic Frontier Foundation qui craint que les autorités abusent de ce type de demandes dès lors qu’elles feront face à un appareil doté d’une sécurité forte.

Rating: 3.0. From 1 vote.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*